Troubles psychologiques et pathologies mentales

Page : 1 - ... - 8 - 9 - 10 - 11 - 12

Le syndrome d'hubris: pouvoir et démesure

Le syndrome d'hubris ou la maladie du pouvoir

Décembre 2012

Le pouvoir serait une maladie? Peut-être bien... En effet, un trouble de la personnalité: le syndrome d'hubris se contracterait uniquement à l'exercice du pouvoir. Ce trouble mental ce manifeste par un orgueil démesuré, un égotisme, un sentiment de toute puissance, une obsession de sa propre image, etc...

Quand la représentation corporelle proprioceptive présente des anomalies...

La représentation du corps (au niveau proprioceptif) et ses dysfonctions

Décembre 2012

La représentation mentale de nos sensations corporelles proprioceptives ne sont pas toujours fidèles à la réalité. En effet, il arrive parfois que l'on ne parvienne plus à localiser les stimulations tactiles, à nommer des parties de son corps, etc... Heureusement, la plasticité cérébrale permet d'estomper ces troubles.

Le syndrome de l'imposteur : ses caractéristiques et son évolution

Le syndrome de l'imposteur : une duperie imaginée

Novembre 2012

Ce syndrome se caractérise par le sentiment de ne pas mériter les succès obtenus, malgré le travail fourni. Ce sentiment d'imposture est généralement combiné à un manque d'estime de soi, une anxiété, voire une dépression, et risque de s'aggraver au fil du temps.

La rechute : quand le souvenir du toxicomane réactive le plaisir

Toxicomanie : se souvenir du plaisir et rechuter...

Octobre 2012

Se retrouver dans un contexte associé à un passé d'alcoolique ou de toxicomane, provoque généralement un besoin impérieux de consommer à nouveau de l'alcool ou de la drogue. Ce phénomène de rechute est la conséquence de l'activation d'un mécanisme neuronal particulier...

Le spectre autistique: une organisation cérébrale particulière...

Autisme: un fonctionnement cérébral bien particulier...

Septembre 2012

Les troubles cognitifs et comportementaux des autistes, bien que très divers, seraient tous sous-tendus par plusieurs anomalies cérébrales. Plus précisément, les zones cérébrales affectées déclencherait une cascade de symptômes observables tant sur le plus social que cognitif.

La dysmorphophobie: vers une métamorphose corporelle

De la dysmorphophobie à la transformation corporelle

Août 2012

Les dysmorphophobiques ont une image perturbée de leur corps et se focalisent sur le moindre défaut qu'ils doivent corriger à tout prix, le plus souvent à l'aide d'une opération chirurgicale. Mais la satisfaction engendrée suite à une telle démarche laisse rapidement la place à de nouvelles obsessions corporelles...

Les troubles de l'attachement chez l'enfant

L'attachement pathologique chez l'enfant

Juillet 2012

Instaurer une relation de confiance s'avère particulièrement difficile pour les enfants ayant été victimes de maltraitance ou de négligence. Aussi, ces enfants développent souvent un comportement d'attachement pathologique qui peut prendre différentes formes.

L'inquiétude chronique et ses rouages

Quand s'inquiéter devient pathologique...

Juillet 2012

Si l'inquiétude permet d'anticiper certains dangers ou certaines difficultés, elle peut aussi devenir néfaste dans le cas où elle devient omniprésente. Les inquiets chroniques souffrent d'un excès d'anticipation qui les conduit à se soucier du moindre événement, même si celui-ci n'est pas forcément négatif. Or, cette tournure d'esprit est une réelle menace pour la santé.

TOC : sur la piste d'un dérèglement cérébral...

L'origine du trouble obsessionnel compulsif remise en cause

Mai 2012

L'idée selon laquelle l'anxiété serait à l'origine des TOC est aujourd'hui remise en cause. En effet, ces dernières années des chercheurs ont découvert qu'une mauvaise régulation d'un certain circuit neuronal jouerait un rôle déterminant dans l'apparition d'un trouble obsessionnel-compulsif.

Paralysie, membre fantôme ou la technique du miroir

Douleurs chroniques et paralysies ou la thérapie par le miroir

Mai 2012

Pour traiter certaines douleurs chroniques relatives à des paralysies ou des membres fantômes, la technique du miroir s'avère particulièrement efficace. L'objectif principale de cette thérapie est d'envoyer des signaux au cerveau, lui indiquant que le membre en question n'est ni paralysé ni amputé, ce qui a pour effet de diminuer la douleur.

Utilisation des cookies

carnets2psycho et ses partenaires souhaitent utiliser des cookies pour pésenter des publicités, y compris des publicités basées sur les centres d'intérêts.

Vous pourrez à tout moment modifier votre choix en cliquant sur Gestion des cookies en bas de chaque page.



 

Sans publicité, carnets2psycho ne peut pas exister.Sans revenus publicitaires, les carnets2psycho ne peuvent pas exister. Vous avez choisi de refuser les cookies, notamment ceux nécessaires à la personnalisation des publicités.

L'accès au contenu du site est donc limité. Merci de votre compréhension.