Accueil > Chroniques > Troubles psychologiques > Les troubles de l'attachement chez l'enfant

(Mise à jour: Janvier 2016)

Auteur :


Les troubles de l'attachement chez l'enfant


Les enfants qui ont manqué de relations sécurisantes, d'attention ou qui ont été maltraités, éprouvent des difficultés dans les relations sociales. Plus précisément, ces enfants ne parviennent pas à établir des relations de confiance.
En effet, la principale caractéristique d'une bonne relation entre parents et enfants repose sur une confiance inconditionnelle: le bébé sait que sa personne de référence (le plus souvent sa mère et/ou son père), est toujours là pour lui et réagit promptement à ses pleurs. Les psychologues nomment ce type de relation l'attachement sécure.


Qu'en est-il des relations insécures?

La répartition des différents styles d'attachement chez l'enfant montre que l'attachement sécure ne représente finalement qu'un peu plus de la moitié des nourrissons, les autres relations parents-enfants présentent des signes pathologiques.Il arrive que le nourrisson ne se sente pas suffisamment en sécurité avec ses parents pour développer un attachement de type sécure.

Par exemple, un enfant qui manque beaucoup d'attention risque de développer un attachement anxieux-évitent. Ainsi, lorsqu'il est seul, même s'il semble calme, il éprouve en réalité un stress beaucoup plus durable que les enfants sécures.

Ou encore, un bébé dont la mère ou le père réagit de façon ambivalente, c'est-à-dire tantôt en répondant rapidement à ses pleurs, tantôt en ignorant ses "appels au secours", risque de développer un attachement anxieux-ambivalent (ou résistant). Par exemple, le nourrisson crie lorsque sa mère s'éloigne, mais s'agite et se calme difficilement lorsqu'elle revient et le prend dans ses bras.

Certains psychologues pensent qu'ils existe en réalité de nombreux troubles de l'attachement.


Quels sont ces différents troubles du comportement de l'attachement?

Même si les traumatismes de l'attachement s'expliquent le plus souvent par un environnement violent et négligent, les causes de ces troubles ne sont pas toujours aussi évidentes, et les comportements qui en découlent sont très divers.
Voici différentes formes de trouble de l’attachement:

  • Sans comportement d'attachement: ces enfants n'ont eu aucune personne de référence lorsqu'ils étaient bébés et ne présentent aucun comportement d'attachement, même en situation de danger.

  • Comportement d'attachement indifférencié: ce sont souvent des enfants négligés ou placés en foyers. Ils ne manifestent aucune réserve à l'égard des adultes étrangers, et s'adressent à n'importe qui en cas de menace, bien qu'ils restent difficiles à calmer.

  • Comportement d'attachement inhibé: ces enfants ont été victimes de maltraitance ou vivent dans un environnement violent. Les échanges émotionnels entre la personne de référence et l'enfant sont quasi-inexistants et l'attachement se manifeste d'avantage envers les personnes étrangères.

  • Comportement d'attachement avec troubles psychosomatiques: ces enfants développent des troubles du sommeil ou du comportement alimentaire, ou une incontinence, en réaction à la stimulation de leur système d'attachement.

  • Comportement d'attachement agressif: le climat familial est souvent agressif et l'enfant exprime son désir de proximité par des agressions verbales et physiques.

  • Comportement d'attachement exagéré: ces enfants paniquent dès qu'ils sont séparés de leur personne de référence. Celle-ci est la seule qui puisse les calmer.

  • Trouble de l'attachement avec un comportement de dépendance: ces enfants ont souvent reçu de la nourriture au lieu de l'attention qu'ils désiraient.

  • Comportement d'attachement avec inversion des rôles: ces enfants craignent de perdre leur personne de référence et se montrent alors particulièrement attentionnés envers elle. Un divorce peut déclencher ce type de comportement.

Bien que ces expériences d'attachement négatives dans la petite enfance aient des conséquence notables, elles ne sont pas complètement irréversibles pour autant. Un environnement attentionné, agrémenté d'une psychothérapie, peut améliorer nettement un comportement d'attachement très perturbé.


Inspiré des travaux de Katja Gaschler et de Karl Heintz Brisch.



A lire également :