Accueil > Chroniques > Troubles psychologiques > Quand un patient néglige la moitié du monde...


Auteur :


Quand un patient néglige la moitié du monde...


Les lésions au cerveau provoquées par un accident vasculaire cérébral (AVC) ont parfois des conséquences aussi lourdes que surprenantes. C'est notamment le cas de l'héminégligence. En effet, les patients souffrants de ce syndrome ont tendance à négliger tout ce qui se trouve dans leur champ visuel gauche. Ainsi, ils ne lisent que les pages droites d'un livre, ne se rasent que la moitié droite de leur visage, ne mangent que la moitié droite de leur assiette, etc.

En fait, l'héminégligence s'apparente à un trouble de l'attention, dans la mesure où ces personnes ne font attention qu'aux informations provenant de leur droite et omettent celles venant de leur gauche.
Plus précisément, étant donné la masse d'informations qui envahie en permanence nos yeux, nos oreilles, notre peau, mais aussi notre cerveau (comme les souvenirs, les images, etc.), nous sommes obligés de filtrer toutes ces données pour ne sélectionner que celles potentiellement utiles. Et ce tri s'opère grâce à notre attention.
En d'autres termes, faire attention, c'est sélectionner une information particulière. Or, dans le cas d'une héminégligence, l'attention ne se focalise que sur les données provenant de la droite et néglige complètement celles issues de la gauche.


Pourquoi est-ce la partie gauche qui est négligée et non la droite ?

Une héminégligence est généralement causée par des lésions au niveau du lobe pariétal, du lobe frontal ou des voies de communication entre ces deux régions du cerveauIl est vrai que l'on observe le plus souvent une négligence du côté gauche, causée par des lésions dans l'hémisphère cérébral droit. Plus précisément, il s'agit de lésions au niveau du lobe pariétal, du lobe frontal ou des voies de communication entre ces deux régions du cerveau.

Pourtant, une négligence du côté droit suite à des lésions de l'hémisphère gauche peut aussi exister. Cependant, ce type d'héminégligence est beaucoup moins grave et beaucoup plus rare. Elle n'a même jamais été diagnostiquée !
En effet, alors que l'hémisphère gauche domine le langage, le droit, lui, domine l'attention. Ainsi, l'hémisphère droit contrôle l'attention aussi bien vers la droite que vers la gauche, tandis que l'hémisphère gauche ne contrôle l'attention que vers la droite.
De fait, dans le cas d'une lésion au niveau de l'hémisphère gauche, le déficit d'attention vers la droite qui en découle est compensé par l'activité de l'hémisphère droit. Si bien qu'aucune héminéglience n'est observée dans ce cas.


Les informations extérieures sont-elles les seules concernées par l'héminégligence ?

Eh bien non ! L'héminégligence affecte aussi l'accès aux informations intérieures, notamment celles organisées selon un axe droite-gauche. Par exemple, si l'on demande à un patient héminégligent de s'imaginer dans un lieu familier et de le décrire de mémoire, il aura tendance à ne décrire que ce qui se trouve sur sa droite.

Il en est de même pour les nombres. En effet, nous associons spontanément les petits nombres au côté gauche et les grands nombres au côté droit. Or, il s'avère que les patients héminégligents ont tendance à négliger les petits nombres. Par exemple, si l'on demande à ces personnes d'évaluer approximativement le nombre situé à égale distance d'une paire de nombre (par exemple, 10 et 16), elles auront tendance à décaler le milieu numérique vers la droite, c'est-à-dire à donner un chiffre supérieur à 13.

Heureusement, il est possible de corriger sensiblement une héminégligence en entraînant ces patients avec des lunettes prismatiques qui décalent leur vision du monde vers la droite, les incitant ainsi à accorder plus d'importance à leur côté gauche.


Inspiré des travaux de Laurent Cohen, d'Edoardo Bisiach, de Claudio Luzzati et de Marcoo Zorzi.



A lire également :