Accueil > Chroniques > Troubles psychologiques > Le trouble de l'attention et l'hyperactivité (TDAH)

(Mise à jour: Février 2015)

Auteur :


Le trouble de l'attention et l'hyperactivité (TDAH)


Le déficit attentionnel, cette incapacité à rester attentif, perturbe considérablement certaines capacités cognitives et affecte la vie d'un enfant.Difficulté à se concentrer, impulsivité, hyperactivité... sont les conséquences d'un trouble de l'attention. Ce syndrome nommé trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) touche environ 5% des enfants et 2% des adultes. Il serait principalement du à une dérégulation du système dopaminergique, au niveau du cortex frontal.

Trois principaux symptômes définissent cette pathologie : l'inattention, l'instabilité motrice et l'impulsivité. Chaque symptôme peut se manifester soit isolément, soit de façon associée.


Quels sont précisément les capacités attentionnelles impactées?

Ce trouble affecte, six grandes fonctions cognitives :

  • La régulation émotionnelle : un manque d'autorégulation des sentiments positifs ou négatifs induit un risque de réaction disproportionnée, mais également une intolérance à la frustration.

  • La mémoire de travail : la capacité à maintenir en mémoire immédiate une petite quantité d'informations (une consigne, un numéro de téléphone...) afin de les traiter ultérieurement ou des les mémoriser à long terme, est indispensable à tout apprentissage. Un déficit de la mémoire de travail affecte considérablement les performances cognitives. Par exemple, un enfant risque d'emmagasiner moins d'informations pendant les cours et d'en oublier une certaine quantité en apprenant ses leçons. De ce fait, non seulement ses performances scolaires seront affectées malgré ses efforts, mais il risque en plus d'être accusé de ne pas avoir appris ses cours.

  • L'organisation et la planification : il s'agit d'une difficulté à élaborer une stratégie, à se fixer des priorités, à les organiser et à les maintenir dans le temps.

  • La réactivité : une augmentation des temps de réaction se manifeste surtout au cours d'activités peu motivantes et monotones. Un enfant souffrant de déficit attentionnel manque d'autonomie et a tendance à ne pas terminer un travail qu'il a commencé.

  • La flexibilité mentale et la sélectivité : une difficulté à s'adapter à des changements d'objectifs conduit d'une part, à une certaine rigidité mentale (incapacité de tenir compte de ses erreurs, d'alterner des raisonnements...) et d'autre part, à de nombreux oublis dans la vie quotidienne (affaires, rendez-vous...).

  • La surveillance et la régulation de l'action : l'inattention et le défaut d'inhibition expliquent le besoin irrépressible de bouger et la tendance à se précipiter. Par exemple, un enfant va courir et sauter partout, se tortiller sur sa chaise, toucher les objets qui l'entourent... Aussi, l'impulsivité se caractérise par une tendance à ne pas réfléchir avant d'agir. C'est pourquoi un enfant atteint d'un trouble de l'attention a du mal à attendre son tour, il coupe ou prend la parole en classe sans lever la main, traverse la route sans regarder, etc...

Ce trouble déficitaire de l'attention peut-il se soigner?

Un traitement médicamenteux s'avère particulièrement efficace : le méthylphénidate. C'est un psychostimulant qui permet de réactiver les six grandes fonctions cognitives citées ci-dessus. Ce traitement évite l'apparition de problèmes sérieux, ou permet de sortir certains enfants de situation d'échec scolaire, d'exclusion sociale, de conduite à risque... Aussi, l'enfant peut être accompagné psychologiquement et il est important que son entourage comprenne bien qu'il ne le fait pas exprès.
Par ailleurs, il est nécessaire d'imposer un cadre éducatif à la fois ferme et bienveillant et d'éviter les sanctions systématiques. Il faut également lui rappeler régulièrement les règles (ne pas couper la parole, regarder avant de traverser la route, etc...), lui permettre de se défouler, de se lever de table, etc... et lorsqu'il fait ses devoirs, d'éviter toute source de distraction.


Inspiré des travaux de Vania Herbillon et de l'association HyperSuper TDAH France.



A lire également :