Accueil > Chroniques > Faits d'actualité en psychologie > Pourquoi s'indigner ?

Octobre 2011 (Mise à jour: Juin 2016)

Pourquoi s'indigner ?


Le livre de Stéphane Hessel "Indignez-vous !" aurait grandement influencé des protestations qui se sont développées dans divers pays.L'édition de l'essai "Indignez-vous !" de Stéphane Hessel, en 2010, a très rapidement suscité l'engouement du public et a été, par conséquent, fortement médiatisé.
L'ampleur d'un tel succès pour ce petit livre publié dans une petite maison d'éditions à Montpellier, était plutôt inattendue au départ. Aussi, cette immense faveur, d'abord nationale, s'est très vite étendue au niveau international et aurait influencé de nombreuses manifestations en Espagne, en Belgique, aux États-Unis, en Grèce...

L'idée principale de cet ouvrage qui compte une trentaine de pages, est que l’indignation compose et alimente l'esprit de résistance de l’individu.


Mais que révèle ce phénomène d'édition?

Cet immense succès est le signe d'un besoin profond de ne pas subir, de réagir et de protester. En temps de crise, l'activisme citoyen révèle la capacité générale du psychisme à faire face aux peurs et aux angoisses.
S'indigner serait donc le signe d'une bonne santé mentale. Au contraire, rester inactif devant une menace générale serait une attitude inquiétante. En effet, cela refléterait une certaine incapacité à réagir face aux difficultés présentes. Plus précisément, cet immobilisme face à un danger éventuel traduirait une difficulté à transformer son angoisse en acte.

L'indignation serait en quelque sorte une initiation à l'art de traduire et de transformer ses angoisses, d'une part, pour ne pas les intérioriser; et d'autre part, pour chercher des solutions.


S'indigner serait donc une aptitude perfectible?

Effectivement, l'indignation constitue un apprentissage. L'éducation, l'instruction peuvent aider à développer notre aptitude à s'indigner, dans la mesure où elles détiennent les façons de mettre en œuvre nos capacités d'indignation et de protestation.
Ainsi, par la lecture, la documentation, nous apprenons à nous indigner. Cet apprentissage se traduit par le développement de notre capacité à traiter nos angoisses en les structurant, en les extériorisant et en évitant qu'elles restent indifférenciées.

La culture serait donc un enjeu de la santé mentale !


Inspiré des travaux de Klaus Boehnke et Becky Wong.



A lire également :