Accueil > Chroniques > Troubles psychologiques > Quand s'arracher les cheveux devient une pulsion irrépressible

(Mise à jour: Septembre 2016)

Auteur :


Quand s'arracher les cheveux devient une pulsion irrépressible


La trichotillomanie est un trouble du contrôle des pulsions qui touche environ 1% de la population et qui s'installe généralement pendant la puberté (entre 11 et 15 ans). Cette maladie se caractérise principalement par un besoin incontrôlable de s'arracher des cheveux un à un ou par mèches entières, au point que des zones chauves recouvrent peu à peu le crâne.
Souvent, les personnes trichotillomanes essayent de cacher la raréfaction de leurs cheveux par des coiffures appropriés ou des perruques. En outre, la honte et la crainte d'être découvertes peuvent parfois les conduire à arrêter de pratiquer certains sports, de se rendre à la piscine, de fuir les contacts sociaux... Aussi, ces individus présentent souvent d'autres troubles psychologiques associés, tels qu'une dépression, des abus d'alcool, des crises d'angoisse...


Comment se manifeste précisément cette pulsion?

En outre, un trichotillomane peut s'arracher des cheveux ou des poils sur plusieurs parties du corps.Plus précisément, certains trichotillomanes s'arrachent les cheveux de façon automatique, en lisant ou en regardant la télévision par exemple, et n'en prennent conscience qu'en voyant l'état de leur chevelure. D'autres, au contraire, s'arrachent certains cheveux de manière délibérée, en les choisissant minutieusement : cela peut être des cheveux fourchus, épais ou blancs... Enfin, certaines personnes atteintes de ce trouble alternent ces deux types de comportement.

En outre, comme le montre le tableau, la plupart des patients souffrant de trichotillomanie s'arrachent également des poils sur plusieurs partie du corps, même si ce sont les cheveux qui restent tout de même majoritairement arrachés.

Par ailleurs, certains trichotillomanes avalent leurs cheveux, parfois même par touffes entières et risquent ainsi de souffrir de maux de ventre ou d'occlusions intestinales, en raison des boules de cheveux compactées (nommées trichobézoards) qui se forment dans leur estomac ou leur intestin.


Quelles sont les causes de la trichotillomanie?

On note souvent des tensions familiales, des difficultés scolaires ou encore des difficultés dans les interactions avec les enfants du même âge lorsque le trouble fait sont apparition. De plus, la trichotillomanie s'enracine souvent dans des sentiments dépressifs, d'ennui, de chagrin, d'épuisement. L'arrachage de cheveux est alors ressenti comme apaisant, réconfortant, divertissant, ce qui renforce le besoin de s'arracher les cheveux.
Aussi, les difficultés d'interaction sociale, les angoisses, la difficulté à identifier et exprimer ses propres émotions et la prédisposition à la dépression, favorisent l'installation persistante des symptômes.


Peut-on soigner la trichotillomanie?

Oui, et la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) s'avère plutôt efficace. Il existe d'ailleurs plusieurs variantes à la TTC, comme l'entraînement aux changements d'habitudes, qui permet d'améliorer la perception de soi, de se débarrasser des comportements automatisés et d'établir de nouvelles habitudes. Dans le même registre, on peut également trouver la méthode de découpage qui consiste principalement à apprendre à remplacer le comportement d'arrachage de cheveux par un autre comportement anodin.


Inspiré des travaux de Michael Rufer.



A lire également :