Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > La résilience, cette capacité de faire face à l'adversité...

(Mise à jour: Juillet 2015)

Auteur :


La résilience, cette capacité de faire face à l'adversité...


Etre capable de contrôler ses réactions au stress ou à une épreuve difficile, c'est faire preuve de résilience. Cette capacité est indispensable pour éviter que le stress ne deviennent chronique et affecte le système immunitaire en favorisant l'apparition d'un ulcère, d'un diabète, d'un problème cardiaque, etc...
Il s'agit, en somme, de récupérer rapidement face à l'adversité en réagissant de façon constructive.


Est-il possible de renforcer sa résilience?

Il est en effet possible d'améliorer sa capacité de résilience. Pour cela, différentes stratégies peuvent être mises en oeuvre:

  • Apprendre à réguler ses émotions: la réévaluation cognitive et la méditation de pleine conscience sont deux moyens efficaces pour gérer ses émotions négatives.
    En ce qui concerne la réévaluation cognitive, elle consiste à réinterpréter le sens d'un événement douloureux pour le reconsidérer sous un angle plus optimiste. Par exemple, des anciens prisonniers de guerre ont remarqué qu'ils étaient devenus plus sages, plus forts, qu'ils appréciaient davantage la vie et que leurs relations sociales étaient plus riches.
    En ce qui concerne la méditation, elle consiste à se concentrer sur l'instant présent. Elle aide à rendre la pensée plus flexible et améliore le bien-être émotionnel.

  • La résilience est la capacité a endurer un stress important ou à faire face à l'adversité. Aussi, cette aptitude est perfectible grâce à différentes stratégies.Adopter des points de vue positifs: cette stratégie consiste surtout à filtrer les informations négatives inutiles, sans ignorer les informations négatives pertinentes. Il s'agit également d'interpréter les situations ambiguës de façon positive.

  • Améliorer sa condition physique: l'activité physique renforce la mémoire et l'attention, et améliore la prise de décision et la planification. Elle stimule également la croissance et la réparation de neurones endommagés par le stress.
    En outre, l'exercice physique bloque la sécrétion de cortisol qui est l'hormone du stress. Il libère également de l'endorphine, de la sérotonine et de la dopamine, qui permettent d'améliorer l'humeur.

  • Accepter les défis: affronter des défis de plus en plus difficiles permet d'apprendre à gérer des niveaux croissants de stress. Il peut s'agir, par exemple, de parler devant quelques personnes, puis devant un petit auditoire, puis devant de nombreuses personnes, etc... Ainsi, s'exposer progressivement à des situations stressantes permet d'augmenter sa tolérance au stress.

  • Maintenir un réseau social riche: bénéficier d'un soutien social solide est très important pour faire face l'adversité car il augmente la confiance en soi et renforce la volonté de surmonter les obstacles plutôt que de les fuir.

  • Observer et imiter les personnes résilientes: cette stratégie qui consiste à prendre une ou plusieurs personnes pour modèle de résilience est surtout efficace lorsqu'on analyse précisément ce que l'on souhaite imiter. En effet, cela permet d'établir des règles susceptibles de nous guider dans une situation future.

Mais sommes-nous tous égaux face à la résilience?

Eh bien non! Il existe des facteurs innés qui influent sur notre capacité à rebondir après un traumatisme. En effet, certains traits de caractère tels que la sociabilité favorisent l'adaptation au stress.
Des facteurs biologiques joueraient également un rôle important. Par exemple, les circuits cérébraux impliqués dans la régulation des émotions, notamment le contrôle de la peur, sont plus ou moins actifs selon les individus. De fait, les personnes qui présentent une activité réduite pour ce circuit neuronal risquent d'éprouver de plus grandes difficultés à s'adapter à un stress important.


Inspiré des travaux de Steven Southwick et de Dennis Charney.



A lire également :