S'inscrire












Se connecter











Mot de passe oublié?
Accueil > Blog & Vidéos > Troubles psychologiques > La crédulité : une vulnérabilité sociale


Auteur :


La crédulité : une vulnérabilité sociale


On a tendance à penser que les personnes qui croient tout ce qu'on leur raconte sont stupides et faciles à manipuler. Aussi, au regard du succès de la superstition, de l'ésotérisme, du surnaturel, des théories du complot, des fake news, etc. dans notre société, on pourrait penser que la crédulité touche une bonne partie de la population. Mais peut-on vraiment penser qu'autant de monde soit stupide ? Certainement pas.

Sans compter que la crédulité peut aussi être associée à l'innocence et être considérée comme une forme de vertu ou de sagesse, un peu à l'image de Forrest Gump ou de Candide. En somme, la crédulité interroge sur nos rapports à la croyance et à la connaissance.


La crédulité pourrait donc être une vertu ?

La crédulité semble favorisée par une humeur positive et agréable, mais également par une certaine bienveillance. Plus précisément, la crédulité se caractérise par :

  • Un caractère agréable marqué par une gentillesse et une difficulté à se mettre en colère.
  • Une vulnérabilité sociale.
  • Un déficit d'intelligence émotionnelle qui rend difficile la détection de signes de duplicité chez ses interlocuteurs.

Par ailleurs, il est important de souligner que la crédulité n'est pas associée à un défaut d'intelligence ou de raisonnement, ni à un excès de confiance.

En somme, les personnes gentilles et de bonne humeur seraient plus facilement crédules. En effet, les émotions influencent notre façon de traiter les informations. Ainsi, les affects positifs nous détendent et favorisent un traitement fluide de l'information. Or, ce qui est simple à traiter, c'est-à-dire ce qui nous semble familier et facile à intégrer, nous paraît plus vrai. Au contraire, les affects négatifs nous mettent en alerte et tendent à nous rendre plus attentifs aux détails. Nous sommes alors plus difficiles à duper.


La bonne humeur mènerait donc à la crédulité ?

Tout dépend de ce qu'on entend exactement par "crédulité". En fait, si l'on examine différents domaines de croyances (la publicité, la religion, les rumeurs, la propagande ou les pseudosciences), on s'aperçoit que nous ne somme pas si crédules. En fait, nous avons tendance à croire ce qu'on nous raconte seulement si le message nous convient et que les enjeux sont faibles. Plus précisément, nous avons tendance à accepter de croire :

  • Ce qui confirme nos croyances.
  • Ce qui n'a que peu de conséquences sur notre vie.
  • Ce qui nous paraît intuitif.
  • Ce qui arrange nos intérêts personnels.

Nous ne sommes donc pas si faciles à tromper, heureusement !


Inspiré des travaux de Sebastian Dieguez, de Joseph Forgas, d'Alessandra Teunisse et de Hugo Mercier.



A lire également :




En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
En savoir plus