Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Ecrire pour réduire le stress !


Auteur :


Ecrire pour réduire le stress !


Evoquer par écrit un échec passé particulièrement intense parmet de réduire le stress à une épreuve future et ainsi d'améliorer sa concentration et ses performances.Nous sommes tous amenés de temps en temps à vivre des situations stressantes, comme parler en public, passer un examen, participer à un événement sportif, etc... Et généralement, ces épreuves sont particulièrement redoutées, parfois même au point de nous faire perdre nos moyens le jour J.
Ainsi, un trou de mémoire, un manque de concentration ou une voix flageolante peuvent anéantir tous les efforts fournis lors de la préparation.

Heureusement, il existe certaines techniques de préparation mentale pour éviter ce type de scénario, dont une qui semble particulièrement efficace d'après les résultats obtenus récemment par une équipe de chercheurs.


Quelle est donc cette méthode antistress ?

Un moyen simple et efficace pour éviter de se laisser submerger par le stress consiste à écrire au sujet d'un de nos échecs passés pendant une dizaine de minutes. Plus précisément, il s'agit de raconter un échec de son choix en détaillant le contexte, ses pensées, ses émotions...

Aussi, n'importe quel type d'échec peut convenir. En effet, il peut s'agir d'une relation sentimentale, d'un examen, d'une présentation orale... En fait, ce qui compte surtout c'est que l'échec soit considérable. En effet, plus l'échec décrit est important et meilleures seront les performances lors de l'événement stressant à venir.


Comment l'écriture peut-elle réduire le stress et améliorer les performances ?

Il semblerait qu'en revenant sur un échec passé cuisant, la nouvelle épreuve paraisse moins stressante comparée à celle du passé. Aussi, cette diminution du stress permettrait de rester plus concentré, évitant ainsi que l'esprit ne parte dans tous les sens en cas de panique. En outre, se remémorer un fiasco passé favoriserait une attitude plus réfléchie lors des expériences décisives à venir.
Finalement, il semble que l'échec participe, d'une certaine façon, à la réussite !


Inspiré des travaux de Brynne DiMenichi et de Guillaume Jacquemont.



A lire également :