Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > L'erreur : une aventure humaine !


Auteur :


L'erreur : une aventure humaine !


L'échec est très souvent condamné, notamment en France. Pourtant, il possède de précieuses vertus.L'erreur est le propre de l'homme. En effet, de tout le règne animal, l'humain est l'être qui se trompe le plus. Mais il y a une raison précise à cela: c'est parce il imagine différents scénarios, multiplie les possibilités, tente, crée, invente... Par conséquent, il est inévitablement confronté à l'échec.

Ainsi, l'erreur est une véritable aventure humaine qu'il est regrettable de condamner systématiquement.


Alors pourquoi l'échec est-il si redouté?

Nous avons effectivement tendance à mal vivre nos erreurs, et c'est particulièrement le cas en France. La raison est principalement d'ordre éducative et culturelle. En effet, l'école de la République s'est construite sur une volonté d'égalité pour tous basée sur une norme prépondérante, ce qui est une intention louable. Néanmoins, cela a eu pour conséquence de considérer un manquement à cette norme comme une erreur, et donc de ne pas encourager la singularité, l'originalité et l'audace.
Ainsi, comparés à de nombreuses cultures, les écoliers français ont particulièrement peur de l'échec. En outre, ce sont souvent de mauvais décideurs car on ne leur apprend pas à trancher en situation d'incertitude, au risque de se tromper.


Peut-on tirer avantage de nos erreurs?

Il est possible de profiter de nos erreurs pour progresser. Pour cela, il est important de travailler sur nos échecs pour tenter d'identifier notre propre singularité et de ne plus se situer en permanence par rapport à une norme. Plus précisément, il s'agit de mettre en avant trois points essentiels:

  • L'échec peut libérer d'autres potentialités: de nombreux grands savants se sont confrontés à de multiples échecs avant de pouvoir donner libre cours à leurs talents. C'est le cas, par exemple, de Charles Darwin qui, avant d'élaborer sa théorie de l'évolution, échoua à ses études de médecine puis de théologie. Ainsi, ce double échec le rendit disponible pour observer la nature et l'étudier de façon révolutionnaire.

  • L'échec aide à mieux comprendre le réel: faire une erreur, c'est en quelque sorte se confronter à la résistance du réel. Ainsi, nos échecs nous permettent de mieux comprendre le monde qui nous entoure. Par exemple, pour mettre au point son ampoule électrique, Thomas Edison a dû faire des centaines d'essais infructueux mais riches en enseignement.

  • L'échec rend humble: l'erreur a la vertu de nous rappeler nos limites et d'ébranler notre sentiment de toute-puissance.

Finalement, considérer l'échec comme un moyen de développement personnel plutôt que comme une preuve d'incompétence serait bénéfique pour tous. C'est pourquoi la culture de l'erreur mériterait certainement d'être promue.


Inspiré des travaux de Charles Pépin.



A lire également :