Accueil > Chroniques > Faits d'actualité en psychologie > Payer ses impôts ? Oui, mais sous certaines conditions...

Avril 2015 (Mise à jour: Avril 2015)

Payer ses impôts ? Oui, mais sous certaines conditions...


Quand vient l'heure de déclarer ses impôts, la tentation de frauder est d'autant plus grande que certaines personnes fortunées ou certaines multinationales échappent à leur devoir fiscal. En effet, l'actualité ne cesse de révéler des tentatives de fraudes fiscales (par exemple, l'affaire LuxLeaks permettant à des centaines de multinationales d'échapper à l'impôt), ou encore des exemptions d'impôts jugées injustes (par exemple, l'UEFA sera exonérée d'impôt en échange de la prochaine organisation de la coupe d'Europe de football en France).

Or, ces évasions et ces exonérations fiscales coûtent très cher à la société en terme économique évidemment, mais également en terme de coopération citoyenne...


Qu'est-ce que la coopération citoyenne?

On peut avoir tendance à penser que les citoyens sont des individus égoïstes, qui agissent avant tout selon leur propre intérêt, en l'occurrence, celui de ne pas payer d'impôts. Or, la psychologie du contribuable est plus complexe. En effet, elle s'inscrit dans un système communautaire basé sur l'équité. Ainsi, la psychologie du citoyen peut se résumer par les pensées suivantes:

  • Si les autres coopèrent, je dois coopérer, car sinon je pourrais être exclu de mon réseau social.
  • Si les autres ne coopèrent pas, je ne dois pas coopérer, car sinon je risquerais d'être exploité.

Finalement, les citoyens s'avèrent d'excellents coopérateurs, mais à condition que les autres en fassent autant. Et si les autres ne le font pas, alors ils cessent de considérer qu'il est de leur devoir de coopérer.


Quel est l'impact de cette coopération conditionnelle sur la fraude fiscale?

En constatant que certains sont injustement exemptés d'impôt ou que d'autres s'évadent fiscalement, les contribuables ont tendance à considérer qu'il est légitime de ne pas payer leurs impôts. D'ailleurs, des études ont montré que les jugements moraux sur la fraude fiscale sont corrélés à la perception qu'ont les gens du taux de fraude fiscale.

Selon la théorie de la coopération conditionnelle, les citoyens n'hésitent pas à coopérer en payant leurs impôts, mais à condition que tout le monde en fasse autant.Aussi, certains pays comme le Royaume-Unis, les Etats-Unis ou le Danemark, ont testé l'effet de ce principe d'équité sur le recouvrement de l'impôt sur le revenu. Ainsi, ils ont envoyé différentes lettres de rappel au contribuables en retard de paiement.

Ils ont alors constaté, d'une part, que le taux de paiement de l'impôt augmente lorsque les lettres précisent que la majorité des habitants du pays, de la région ou de la ville ont déjà payé, et d'autre part, que plus l'information est locale, plus l'impact est important.

Voilà donc un moyen simple et efficace d'encourager les citoyens à payer leurs impôts!


Inspiré des travaux de Nicolas Baumard, de Bruno Frey et Benno Torgler.



A lire également :