Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Qu'est-ce qui nous incite à tricher ?

(Mise à jour: Avril 2015)

Auteur :


Qu'est-ce qui nous incite à tricher ?


Tricher est bénéfique à court terme, mais à long terme, ce comportement peut-être désastreux à la fois pour le fraudeur et pour la société.La tricherie est une pratique particulièrement répandue chez les êtres humains, mais aussi chez certains primates...
En effet, tricher nécessite une certaine intelligence et créativité; et ces deux facultés cognitives se logent dans le néocortex, une région du cerveau qui n'est développée que chez certains mammifères supérieurs. Ainsi, plus cette région du cerveau est volumineuse, plus le risque de tromperie et de manipulation sociale est important.


Mais qu'est-ce qui motive à tricher?

A vrai dire, même si le bénéfice potentiel que l'on peut obtenir en trichant semble tout à fait évident, ce n'est pas la seule source de motivation. En effet, il existe plusieurs facteurs qui incitent à la tricherie. Voici les trois principaux moteurs de la tricherie:

  • La peur associée à une perte: ce serait un moteur encore plus puissant que l'appât du gain. En effet, il semble que la peur de perdre son emploi, sa réputation, son argent, etc... favorise les comportement de tricherie.
  • Le bénéfice potentiel: c'est une des principales motivations à tricher. Cependant, il apparaît que ce sont les personnes les plus créatives qui adoptent plus facilement des comportements malhonnêtes. Peut-être parce que ces individus seraient plus inventifs pour justifier leur tricherie et ainsi se donner bonne conscience.
  • L'imitation: voir quelqu'un tricher sans conséquences encourage les autres à faire de même. Cette contagion sociale serait due au fait que la malhonnêteté fait croire qu'il faut tricher pour rester compétitif.
  • L'absence de limite: si rien ne vient freiner le processus de tromperie, celle-ci peut se nourrir elle-même. En effet, lorsqu'une personne franchit la première barrière protectrice de la tromperie, les suivantes paraissent nettement moins infranchissables.

Pourtant, la fraude a des conséquences graves et durables pour le tricheur, mais aussi pour la société. En effet, les fraudeurs sont stigmatisés, les ressources sont gaspillées, les personnes honnêtes sont privées des récompenses qu'elles méritent, les proches des tricheurs peuvent subir des dommages collatéraux, etc...


Alors comment lutter contre la tricherie?

Pour lutter contre la tricherie, différentes stratégies peuvent être mise en oeuvre. En voici quelques unes:

  • Travailler sur l'image de soi: l'image de soi est une barrière importante contre la malhonnêteté. En effet, on ne triche pas lorsqu'on se sent mal après. Ainsi, engager une personne à ne pas tricher, rappeler un code d'honneur, rendre public toute violation de la règle, etc..., réduit les actes malhonnêtes.
  • Renforcer le sentiment de sécurité: dans les situations où la tromperie est problématique, la mise en place de systèmes visant à renforcer le sentiment de sécurité, permettrait de réduire la peur de perdre son travail, son argent..., et ainsi de diminuer l'incitation à la tricherie.
  • Punir les comportements malhonnêtes: la surveillance et le renforcement des sanctions sont des outils essentiels pour réduire les fraudes.
  • Rappeler les codes éthiques: dans les situations où la tricherie est problématique, rappeler les codes éthiques et les exemples où les fraudeurs se sont fait prendre et punir, est un moyen de freiner la motivation à la tricherie.

En somme, il s'agit de rappeler que si la malhonnêteté à des effets bénéfiques à court terme, à long terme, elle est très coûteuse tant pour le tricheur que pour la société.


Inspiré des travaux de Ferric Fang, de Dan Ariely, de Scott Rick et de George Loewenstein.



A lire également :