Accueil > Histoire > Les textes classiques publiés dans: La revue des revues > Etude physiologique du sommeil et de son hygiène

Partie : 1 - 2 - 3 - 4

Etude physiologique du sommeil et de son hygiène - Partie 4

(La revue des revues

En , par


L'excès de sommeil, comme l'insomnie, a des inconvénients multiples. Tout d'abord chez l'enfant, d'après certains auteurs, il empêcherait le développement régulier de l'intelligence, par suite, du ralentissement que présente la circulation du cerveau à ce moment. Il a d'autres dangers: chez les enfants il a provoqué dans certains cas une albuminerie transitoire; chez les gens âgés, il détermine des stases sanguines dans les poumons; les sels de la bile se déposent dans les canaux et la vésicule biliaires, les sédiments urinaires font de même dans les reins et la vessie, il en résulte de la congestion pulmonaire, la formation de calculs biliaires qui manifestent leur présence par des accidents aussi graves que douloureux, et la production de calculs rénaux et vésicaux, aussi dangereux que les précédents. Il ne faut donc pas trop dormir et Kant, qui dormait environ quatre heures par nuit, avait raison de reprocher à ses élèves de trop dormir, et il leur disait: « Je ne m'explique pas votre conduite, comment se fait-il en effet que vous cherchiez à prolonger votre vie, puisque vous consentez à en perdre presque la moitié à dormir? »

À côté de cet excès de sommeil volontaire et spontané, il y a les tendances excessives au sommeil qui constituent un phénomène anormal, ou même un véritable état pathologique. Sous le nom de maladie du sommeil on désigne en effet une maladie endémique, que l'on rencontre particulièrement sous les climats brûlants de l'Afrique occidentale. Certains cas de cette maladie se terminent même quelquefois par la mort, d'après le rapport du Dr Fergusson. En Europe la narcolepsie se rencontre sous forme de cas isolés; sous l'influence d'une émotion pénible, d'une fatigue excessive, quelquefois sans cause appréciable, l'individu est subitement saisi d'un sommeil irrésistible, qui peut durer quelques heures, ou plusieurs jours et même plusieurs semaines. Ces cas rentrent dans la catégorie des faits qui relèvent de l'hypnose. Certains auteurs ont prétendu que ces états de sommeil constituaient de véritables équivalents épileptiques, et que les sujets qui en étaient atteints, étaient des comateux; nous ne saurions admettre comme constante cette hypothèse, car dans ces cas l'épilepsie serait une maladie bien fréquente. Pour ne citer que des grands hommes, non seulement Jules César et Napoléon auraient présenté ce symptôme, mais encore dans les temps anciens, Caton, Pompée et l'empereur Othon, si toutefois l'on en croit ce bon Montaigne, qui connaissait ses auteurs. Au chapitre du Dormir ne dit-il pas en effet: « L'empereur Othon ayant résolu de se tuer, cette mesme nuit, après avoir mis ordre à ses affaires domestiques, partagé son argent à ses serviteurs et affilé le tranchant d'une épée de quoy il se vouloit donner, se prit si profondément à dormir, que ses valets de chambre l'entendoient ronfler. De mesme Caton éstant prest à se déffaire, cependant qu'il attendoit qu'on luy rapportast nouvelles, se mit si fort à dormir, qu'on l'oyoit souffler dans la chambre voisine. Enfin en la bataille navale qu'Augustus gaîgna contre Sextus Pompéius en Sicile, sur le point d'aller au combat, il se trouva pressé d'un si profond sommeil qu'il fallut que ses amis l'esveillassent pour donner le signe de la bataille. »

Terminons par quelques conseils pratiques sur l'hygiène du lieu où nous dormons, de la chambre à coucher.
Le lit, le meuble-noble comme disait Xavier de Maistre, doit être placé loin des fenêtres et loin de la cheminée à cause des courants d'air. Qu'il soit debout, qu'il soit de coin, peu importe pourvu qu'il ne soit pas dans une alcôve. Les matelas de plume ont deux inconvénients: ils sont trop chauds, ce qui amène des sueurs cause de faiblesse; ils sont trop mous, si bien qu'on repose mal, et que le matin on éprouve un certain degré de courbature. Le lit idéal au point de vue de l'hygiène, doit être composé d'un sommier à ressort, recouvert d'un épais matelas, formé d'un mélange de crin et de laine, matelas qui devra être refait chaque année. Il ne faut jamais que le lit soit fait aussitôt après qu'on vient de le quitter, car il s'accumule dans les trames de la toile et des couvertures de l'air vicié: aussi faut-il, dès qu'on est levé, récliner toutes les couvertures au pied du lit. Inutile de vous dire qu'il ne faut jamais dormir la tête sous le drap, et il faut mettre les enfants en garde contre cette déplorable habitude. Dormez la bouche fermée, je vous ai tout à l'heure expliqué pourquoi. Ne vous mettez pas les bras derrière la tête, cette position empêche que les mouvements de la respiration ne soient normaux. Quant à la position du corps, elle doit varier: dormir sur le dos est mauvais à cause de la compression que l'estomac et la masse intestinale exercent dans ces conditions sur l'aorte et les nerfs qui l'entourent; dormir sur le côté gauche est souvent pénible chez certaines personnes à cause de l'augmentation des bruits du cœur qui se produit, et de la compression qui est exercée dans ces conditions sur le poumon gauche. La meilleure position est de dormir sur le coté droit. Les gens pléthoriques et sanguins doivent dormir la tête élevée, les personnes anémiques dormiront la tête basse. — Quant aux rideaux, il ne devrait pas y en avoir, car ce sont non seulement des nids à microbes, mais encore ils empêchent le renouvellement de l'air. Pas de rideaux, voilà le principe; mais il faut bien que l'hygiéniste — au risque de ne point être écouté — fasse des concessions au luxe et à l'esthétique; aussi les rideaux que l'on emploiera seront des chapes à l'italienne, et par là j'entends ces draperies, sobres et peu chargées, qui ne tombent que très peu, et non pas ces tentures, qui ne sont relevées qu'au moment où elles touchent presque le parquet et qui n'ont d'italien que le nom. La température de la chambre à coucher devra être de 12 à 15°. C'est une excellente habitude au point de vue de l'aération que d'y faire du feu. Enfin la pièce devra être spacieuse, c'est un précepte qu'il n'est pas superflu de mentionner, car dans nos appartements modernes où l'on sacrifie volontiers le confortable au luxe, souvent la salle à manger et le salon, qui sont des lieux de passage où on ne séjourne pas, occupent la plus grande place, tandis que la chambre à coucher est réduite à ses plus strictes dimensions: c'est pourtant là que nous passons le tiers de notre vie.


Partie : 1 - 2 - 3 - 4

A lire également :