Accueil > Histoire > Les textes classiques publiés dans: La revue des revues > Etude physiologique du sommeil et de son hygiène

Partie : 1 - 2 - 3 - 4

Etude physiologique du sommeil et de son hygiène - Partie 3

(La revue des revues

En , par


C'est un fait connu que les animaux dorment longtemps, même ceux qui occupent dans l'échelle un rang élevé: vous n'avez pour vous en convaincre, qu'à compter le nombre d'heures que dort votre chien ou votre chat. Certains peuples sauvages, comme les Papouas ou les Boschimans s'endorment aussitôt qu'ils se trouvent inoccupés et que rien ne fixe plus leur attention; ils s'endorment dans la situation où ils se trouvent, assis, accroupis, appuyés contre un arbre; ils dorment ainsi douze ou quinze heures sur vingt-quatre. On a constaté aussi que chez les idiots, les crétins, les malades atteints de myxœdème, la ration du sommeil était très considérable. Chez le paysan elle commence déjà à diminuer. Chez les habitants des villes, elle est plus faible encore, et enfin, si nous examinons la durée du sommeil chez les gens, dont l'activité cérébrale est développée au maximum, elle est encore plus restreinte, et c'est ainsi que Gœthe, Humboldt, Mirabeau, Schiller, Frédéric-le-Grand se contentaient de 2 à 3 heures de sommeil; Napoléon et Kant dormaient de 4 à 5 heures par jour.

Combien un individu normal doit-il donc dormir?
A ce point de vue, il faut distinguer l'enfant, l'adulte et le vieillard.

Chez l'enfant, dont l'activité cérébrale va augmentant chaque jour, il convient de donner une ration de sommeil qui aille en diminuant. C'est ainsi que si nous nous basons sur le développement progressif de l'organisme, on peut dire que l'enfant jusqu'à deux ans doit dormir 18 heures, de 3 à 6 ans, 14 heures, de 6 à 8 ans, 12 heures, enfin 10 heures de 8 ans jusqu'au moment de l'adolescence.
Quelle que soit d'ailleurs la durée quotidienne du sommeil de l'enfant, il convient de proscrire tout moyen artificiel pour provoquer son apparition; on ne laissera pas le biberon à la bouche du bébé, on ne le bercera pas, même dans les bras de sa nourrice; ces mouvements rythmiques ont des influences nocives multiples; d'abord on a constaté expérimentalement que ces balancements déterminaient un abaissement de la température; chez les petits sujets névropathes ils prédisposent aux affections nerveuses; leur action serait même plus mauvaise encore s'il faut en croire un aphorisme russe d'après lequel on dit en parlant d'un idiot: « il a été trop bercé. »

L'individu adulte dont l'activité cérébrale est moyenne doit dormir sept heures, mais je m'empresse de vous dire qu'il vaut mieux pêcher par excès que par défaut et qu'une ration de sommeil de 5 à 6 heures est beaucoup plus préjudiciable à l'organisme que celle de huit ou même de neuf heures.

Nous n'avons pas cherché à déterminer la durée du sommeil chez le vieillard, car les cas ne sont pas comparables: certains vieillards en effet conservent leur activité cérébrale jusqu'aux dernier jours; chez d'autres au contraire elle diminue notablement; aussi tandis que les uns — et c'est plus grand nombre — dorment peu, d'autres au contraire se plaignent de trop dormir, c'est ainsi que le mathématicien Moivre, à 80 ans, dormait vingt heures par jour.

A quel moment devons-nous nous coucher? C'est une opinion courante et d'ailleurs exacte qu'il est salutaire de se coucher tôt et de se lever tôt; on en tient compte pour les enfants, mais les grandes personnes se gardent bien de pratiquer cette règle d'hygiène: les plaisirs du soir et les exigences mondaines sont là pour empêcher l'application de ce précepte. Si on le peut on se couchera vers dix heures. Il ne faut pas se lever quand il ne fait pas encore jour, il en résulte pendant la journée un certain malaise, un état de lassitude souvent très pénible. Aussi faut-il dormir plus en hiver qu'en été. En s'endormant, il faut s'habituer à respirer par le nez et non pas par la bouche, pour trois raisons: la première, c'est que si l'on respire la bouche ouverte, le courant d'air inspiré détermine une dessiccation rapide de la muqueuse buccale et pharyngée, dessiccation qui par action réflexe peut provoquer la toux et par suite le réveil; la seconde raison, c'est qu'en respirant seulement par le nez, on évite le ronflement dont les notes sonores et rythmés sont rarement harmoniques; enfin la dernière raison, c'est que la muqueuse du nez est beaucoup mieux protégée, grâce à ses cils vibratiles, contre les microbes de l'air, que celle de la bouche; elle détermine une sorte de filtration du courant d'air inspiré qui arrive ainsi purifié dans les alvéoles pulmonaires. Dormons donc la bouche fermée et respirons par le nez.

Permettez-moi maintenant de faire une digression et de vous donner un conseil pratique relativement au sommeil en chemin de fer: voulez-vous dormir en voyage, gardez-vous d'étendre les pieds en avant dans la direction de la locomotive et de porter la tête en arrière; de cette façon, le sang chassé par la force centrifuge vers l'extrémité céphalique, y abondera, d'où un certain degré de congestion cérébrale et vous ne dormirez pas. Au contraire tournez le dos à la locomotive et étendez vos pieds dans la direction de l'arrière du train ; sous l'influence de la même force centrifuge le sang tendra à affluer vers vos membres inférieurs, d'où production d'un certain degré d'anémie du cerveau et vous ne tarderez pas à vous endormir.

L'insomnie peut dépendre d'une mauvaise hygiène, veillées intempestives, abus des liqueurs alcooliques; elle peut marquer le début d'une maladie infectieuse, fièvre typhoïde, malaria, méningite; elle se rencontre chez les névropathes dont le système nerveux est toujours dans un certain état d'irritabilité, chez les surmenés cérébraux dont l'afflux sanguin au cerveau est toujours augmenté, chez les fatigués physiquement dont les battements cardiaques sont toujours exagérés, chez les personnes qui ont les pieds froids, et c'est là une des principales causes de l'insomnie chez les enfants. Pour combattre l'absence de sommeil, il conviendra tout d'abord d'en rechercher la cause, puis de l'écarter par des moyens appropriés qui varient suivant les cas; tantôt ce sera l'emploi de compresses froides sur la tête qui sera indiqué, ou celui des bains de pieds chauds et salés chaque soir, tantôt il faudra directement combattre la maladie causale.


Partie : 1 - 2 - 3 - 4

A lire également :