Accueil > Histoire > Les textes classiques publiés dans: Revue scientifique > L'hystérie et l'hypnotisme, d'après la théorie de la double personnalité

Partie : 1 - 2 - 3

L'hystérie et l'hypnotisme, d'après la théorie de la double personnalité - Partie 2

(Revue scientifique

En , par


Il y a pourtant un caractère positif qui nous permettra de distinguer cet état et ce caractère; c'est l'électivité. Cette électivité est énorme: Blanche ne veut plus parler qu'à moi, ne veut plus être touchée que par moi; elle ne prête aucune attention aux paroles qui lui sont adressées par les autres personnes présentes, quoiqu'elle les entende fort bien, ce dont je puis facilement m'assurer. Néanmoins, elle parle volontiers, pour me faire plaisir, dit-elle, aux personnes que je lui présente. Si je la laisse seule dans cet état, elle cause avec ses amies, mais refuse énergiquement de parler aux gens qui lui déplaisent. Elle se sent abandonnée et attend mon retour avec impatience. Il me serait pourtant possible de la laisser dans cet état pendant un laps de temps très considérable, car elle mange et dort aussi bien et même mieux qu'a l'état de veille.
Si je lui demande ce qu'elle pense de ce nouvel état, elle me dit qu'elle se sent toujours être Blanche Witt; mais, d'autre part, elle se trouve un caractère, des inclinations, des propriétés si différentes qu'elle a de la peine à croire qu'elle soit toujours la même. Elle accepte donc très volontiers le nom de Louise que je lui propose de prendre.
Pour la clarté de l'exposition, je ne lui donnerai pas ce nom, ce qui pourrait enter à quelque confusion, mais bien celui de Blanche 2; pour la distinguer, dans cet état second, de Blanche 1, c'est-à-dire de la personnalité éveillée ou état premier. J'emploierai souvent les expressions de personnalité première et personnalité seconde, mais il est bien entendu que par là je désigne deux modalités différentes de la même personnalité.

L'étude qui précède nous mène à la conclusion suivante: Blanche 1 est incomplète. Blanche 2 est complète. Blanche 2 possède toutes les propriétés de Blanche 1, plus toutes celles qui manquaient à celle-ci. Enfin Blanche 2 est élective pour son magnétiseur. En un mot, Blanche 1 est incomplète et non élective, Blanche 2 est complète et élective.
Les caractères propres de ces deux personnalité étant connus, étudions maintenant leurs rapports réciproques. Il m'est facile, pendant que je suis en présence de Blanche 2, de vérifier qu'elle connaît parfaitement tous les détails de la vie de Blanche 1; au contraire, nous allons constater que Blanche 1 n'a aucune idée des actes de Blanche 2 et qu'elle ne soupçonne même pas son existence.
Pour le vérifier, je provoque le réveil et j'observe en sens inverse la série des phases qui ont précédé l'état de Blanche 2. Au bout de quelques instants, elle retombe en prostration complète, puis elle revient à la période des trois états. Je l'arrête un moment dans cette période, pour la mettre en somnambulisme ordinaire et lui poser quelques questions. D'après ses réponses, je m'aperçois qu'elle a un souvenir complet de tout ce qui s'est passé et de tout ce qu'on lui a dit dans l'état de Blanche 2. Nous sommes donc encore, dans les trois états, en présence de Blanche 2, mais d'une Blanche 2 à l'état embryonnaire, absolument égale à Blanche 1 au point de vue psychologique, d'une Blanche 2 aussi faible et aussi incomplète que Blanche 1, car nous avons vu et nous pouvons encore vérifier que, dans cette période, toutes les tares de l'état de veille persistent sans aucune modification.
La période des trois états n'est donc qu'un état intermédiaire entre les deux personnalités, c'est le début de la personnalité seconde. Elle est caractérisée par une grande faiblesse psychologique jointe à un début d'électivité, et ces deux influences réunies font de l'être mis dans cet état un être absolument passif, qui obéit aveuglément à son magnétiseur.

Je continue mes passes réveillantes et bientôt Blanche Witt. frissonne, ouvre les yeux et se réveille. Blanche 2 semble avoir entièrement disparu, nous sommes de nouveau en présence de Blanche 1 qui n'a aucun souvenir de tout ce qui s'est passé depuis le moment où elle est entrée en hypnotisme.

Concluons: Blanche 1 se connaît, mais ne connaît pas Blanche 2; au contraire, Blanche 2 se connaît et connaît aussi Blanche 1, enfin Blanche 2 se montre dès que disparaît Blanche 1, c'est-à-dire dès le début de l'hypnose; mais elle ne devient complète que dans une phase hypnotique bien plus profonde que la période des trois états.
Que devient Blanche 2 pendant l'état de veille: disparaît-elle entièrement, ou bien reste-t-elle, à l'insu de Blanche 1, derrière elle, spectatrice de tous ses actes? Le grand mérite de Pierre Janet a été de démontrer de la façon la plus claire cette dernière hypothèse.
Je ne fais donc, ce point de vue, que répéter les expériences de mon frère, en les complétant, grâce à la connaissance que j'ai acquise de toutes les propriétés de la personnalité seconde.

Piquons Blanche 1, c'est-à-dire Blanche à l'état de veille: elle n'accuse aucune sensation, aucune douleur; faisons par l'hypnotisme apparaître Blanche 2 et aussitôt elle nous dit: « Tout à l'heure, vous m'avez piquée, vous m'avez fait mal. » Blanche 2 était donc bien là quand nous avons piqué Blanche 1. Convenons avec Blanche 2, quand nous l'aurons de nouveau en notre présence, d'un langage par signe. Pour dire oui, elle devra lever l'index; pour dire non, elle devra lever le pouce. Faisons maintenant reparaître Blanche 1 et piquons-la au bras, en lui demandant si elle sent la piqûre. La bouche nous dit: « Vous savez bien que je ne sens pas. » Mais au même instant Blanche se lève: c'est Blanche 2 qui nous répond: « Oui, vous me piquez. »
Levons le bras de Blanche 1, sans qu'elle puisse voir ce mouvement, et demandons-lui si son bras est en l'air. La bouche nous répond qu'elle l'ignore, mais Blanche 2 par l'index répond: « Oui, il est en l'air. »
Présentons des couleurs à l’œil gauche, à l’œil achromatopsique de Blanche 1, elle nous répond qu'elle ne les voit pas; mais Blanche 2, grâce aux mouvements du pouce et de l'index, nous montre qu'elle les reconnaît parfaitement. De même pour les phénomènes d'audition de l'oreille gauche. Ajoutons que Blanche 1 n'a aucune notion des mouvements qu'exécutent ses doigts; ces mouvements sont inconscients pour elle.

Nous pourrions donner d'autres exemples tendant à prouver la persistance de la personnalité seconde pendant l'état de veille, mais nous serions forcé de les prendre sur d'autres sujets; contentons-nous des précédents qui, du reste, suffisent parfaitement à établir que Blanche 2, avec tous ses caractères, reste cachée derrière Blanche 1 pendant l'état de veille.
Ajoutons un dernier mot pour compléter l'étude des rapports des deux personnalités. Les commandements faits à Blanche 2, pour être accomplis après le réveil, sont exécutés par Blanche 1, tantôt d'une manière absolument inconsciente, tantôt en pleine conscience; mais ils ne sont pas toujours exécutés. Blanche 2 peut refuser d'obéir, elle reste libre; si elle m'obéit, le plus souvent c'est simplement parce que, grâce à son électivité, elle a un grand désir de m'être agréable. Au contraire en somnambulisme ordinaire, les commandements sont exécutés presque forcément. Blanche 2 dans cet état est trop faible, elle n'a pas la force de désobéir; ce n'est plus par électivité qu'elle obéit, c'est par passivité.
En résumé, Blanche 2 reste toujours cachée derrière Blanche 1 qui la recouvre comme un voile; elle n’apparaît en pleine lumière qu'au moment où ce voile tombe, qu'au moment où Blanche 1 disparaît. Je suis arrivé à ce résultat par l'hypnotisme, mais d'autres moyens m'y conduiraient également. Le chloroforme et le sommeil naturel, eux aussi, suppriment Blanche 1, et, eux aussi, je l'ai constaté, mettent Blanche 2 en évidence.
Blanche chloroformée possède un souvenir parfait de tout ce qui a été dit et fait à Blanche 2 dans l'hypnotisme; et réciproquement Blanche 2 dans l'hypnotisme me raconte tout ce qui s'est passé pendant la période d'inconscience du chloroforme.
Pour le sommeil naturel, il en est de même, et rien n'est plus curieux que d'entendre Blanche 2 dans l'hypnotisme raconter toute une série de rêves nocturnes dont Blanche 1 n'avait aucune idée le matin à son réveil.
Le chloroforme et le sommeil naturel nous mettent donc, comme l'hypnotisme, en présence de la personnalité seconde.
Par cette description, j'espère avoir fait connaître les caractères des deux personnalités que présente Blanche Witt., à l'état de veille et à l'état d'hypnotisme, ainsi que leurs rapports réciproques. Essayons de tirer quelques conclusions de cette étude.

Disposons sur une même ligne les phénomènes psychologiques de Blanche Witt. Nous remarquons que les premiers (fig. 3), motilité, parole, propriétés visuelles de l’œil droit, audition, viennent se concentrer en une sorte de moto-sensorium commune qui constitue Blanche à l'état de veille, Blanche 1, la personnalité dite consciente.Comparaison des phénomènes psychologiques de Blanche Witt: Blanche1 versus Blanche 2.
D'autre part, nous remarquons que ces mêmes phénomènes, plus tous les autres, qui manquaient à Blanche 1, viennent se concentrer en un second moto-sensorium commune, absolument inconnu de Blanche 1. Ce second mode de groupement des phénomènes psychologiques constitue Blanche 2.
C'est cette seconde personnalité que Pierre Janet appelle la personnalité inconsciente; je ne tiens pas à ce mot, vu que Blanche 2 est bien plutôt inconçue qu'inconsciente; je préfère appeler cet état un état second, par rapport à l'état de veille que j'appelle l'état premier.
La figure 3 représente le schéma d'une hystérique en général et celui de Blanche Witt. en particulier; il montre nettement l'état incomplet de la personnalité première et l'état complet de la personnalité seconde.
Cette dissociation des phénomènes psychologiques en deux groupes, l'un conscient, l'autre inconçu, n'est peut-être pas spéciale aux hystériques; il est possible qu'elle existe aussi chez les individus exempts d'hystérie.

Quel est, en effet, le caractère principal de la personnalité seconde? C'est d'être ignorée de la première. N'y a-t-il pas chez l'homme normal des actes, des séries d'actes même, qui s'exécutent inconsciemment? Qui pourrait les exécuter, sinon une personnalité inconnue de la personnalité consciente? Dans notre sommeil naturel, sans être noctambules, nous faisons des rêves, nous exécutons des mouvements dont nous n'avons aucun souvenir à notre réveil. Dans certains états pathologiques de l'homme non hystérique, ces faits deviennent encore plus nets: dans l'ivresse, la personnalité consciente est anéantie par l'alcool et l'homme ivre se promène pendant une nuit, sans savoir, quand il est dégrisé, les actes qu'il a accomplis pendant ce laps de temps; il en est de même dans le chloroforme.
Chez les fous, cette dissociation s'exagère encore plus, et les actes, dont le souvenir disparaît entièrement en dehors des accès où ils ont été accomplis, deviennent chez eux très communs. Qui agit dans tous ces cas, sinon une personnalité inconnue de la personnalité consciente?


Partie : 1 - 2 - 3

A lire également :