Accueil > Chroniques > Troubles psychologiques > Les hallucinations lucides ou le syndrome de Charles Bonnet


Auteur :


Les hallucinations lucides ou le syndrome de Charles Bonnet


Les hallucinations visuelles se manifestent généralement chez des individus ayant consommé des drogues hallucinogènes ou chez des patients psychotiques avec le plus souvent des idées délirantes.
Cependant, il se peut que des hallucinations surviennent sans que la conscience ne soit troublée, c'est-à-dire que les personnes en question connaissent parfaitement le caractère illusoire de leurs hallucinations et s'en inquiètent forcément. Cette lucidité est généralement caractéristique d'un syndrome peu connu et pourtant relativement fréquent : le syndrome de Charles Bonnet.


Quelles ont les caractéristiques de ce syndrome ?

Avant tout, le syndrome de Charles Bonnet est lié à une vision déficiente. D'ailleurs, il touche environ un tiers des individus souffrant de dégénérescence maculaire. Il s'agit pour la plupart de personnes âgées.
Cette pathologie se caractérise principalement par la survenue d'hallucinations visuelles très riches dont le patient garde un jugement objectif sur leur caractère illusoire. Généralement, ces hallucinations sont épisodiques (elles durent le plus souvent quelques secondes ou quelques minutes) et durables (elles persistent plus de 5 ans chez les trois quart des patients).

En fait, c'est surtout l'apparition de la première hallucination qui préoccupe grandement les patients. En effet, ils sont alors stupéfaits et s'inquiètent énormément pour leur santé mentale. Cependant, après avoir été rassurés sur leur état de conscience, l'impact des hallucinations sur leur vie quotidienne est finalement assez faible.


D'où viennent ces hallucinations visuelles ?

Dans le syndrome de Charles Bonnet, le cortex visuel, qui ne reçoit plus d'information en provenance de l'œil, fabrique lui-même les images à partir de fragments de souvenirs, d'où l'hallucination visuelle.Ces hallucinations semblent résulter d'une activité spontanée anormale du cortex visuel. Plus précisément, le cerveau étant privé des informations en provenance des rétines (rappelons que ces patents présentent une grave déficience visuelle) se retrouve comme libéré du contrôle du monde réel. Il donne alors libre cours à ses productions spontanées, généralement construites sur des fragments de souvenirs.
Autrement dit, quand les yeux ne sont plus capables de transmettre au cerveau des informations sur l'environnement, le cortex visuel tend à combler ce vide par des images qu'il fabrique de toutes pièces.

Cependant, une zone d'ombre persiste sur le syndrome de Charles Bonnet. En effet, on ne sait toujours pas pourquoi les personnes âgées sont davantage touchées par ce syndrome que les jeunes souffrant également d'un trouble de la vision.


Inspiré des travaux de Laurent Cohen, d'Alvaro Pascual-Leone et de Dominic Ffytche.



A lire également :