Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Les méfaits du bruit à l'école et au travail

(Mise à jour: Octobre 2016)

Auteur :


Les méfaits du bruit à l'école et au travail


Dans la rue, dans les centres commerciaux, dans les transports, ou tout autre lieu public, le bruit nous accompagne. Même les lieux de travail (notamment les bureaux en open space) et les salles de classe sont considérés comme des environnements bruyants. La pollution sonore fait donc partie de notre quotidien et nous en subissons ses effets néfastes.


Quels sont précisément les méfaits du bruit?

Les effets des nuisances sonores peuvent s'observer tant sur le plan physique que sur le cognitif:

  • Sur le plan physique: le bruit provoque une tension émotionnelle qui augmente la pression artérielle et risque de provoquer sur le long terme des troubles cardio-vasculaires.

  • Sur le plan cognitif: le bruit altère surtout la capacité de notre mémoire de travail. Celle-ci correspond à la capacité de stocker un court instant des informations, dans le but de les utiliser pour un traitement plus complexe (une réflexion, un apprentissage, une mémorisation à long terme, une opération mentale, ou toute autre activité). Il s'agit, par exemple, de garder en mémoire un numéro de téléphone avant de le composer, une information permettant de mieux comprendre un exercice, etc...La pollution sonore a un réel impact sur les performances en mémoire et en compréhension, que ce soit chez les enfants ou chez les adultes.

Et cette altération de la mémoire de travail n'est pas sans conséquence!
En effet, elle peut détériorer jusqu'à 30% des capacités de mémorisation chez un adulte travaillant en open space et jusqu'à 25% des capacités de compréhension auditive chez un enfant étudiant dans une salle de classe à forte réverbération acoustique.


Pourquoi le bruit a-t-il un impact aussi important et comment peut-on le réduire?

Dans un environnement bruyant comme les bureaux en open space, certaines salles de cours, ou même les crèches, l'écoute devient difficile car il faut sans cesse faire abstraction du bruit de fond, mais aussi compléter les mots que l'on n'a pas entendu.
D'une part, cela implique beaucoup d'efforts d'attention et donc réduit les ressources dont dispose la mémoire de travail pour apprendre, mémoriser, comprendre, etc... D'autre part, cela nuit considérablement à l'apprentissage du langage et de la lecture. En effet, pour apprendre une langue, il est indispensable de pouvoir bien distinguer les différentes syllabes d'un mot.

De bonnes conditions de travail et d'apprentissage sont donc essentielles pour atteindre de bonnes performances. Aussi, il est possible d'améliorer ces conditions en filtrant le bruit de fond (notamment les hautes fréquences) et en diminuant la réverbération des sons. Certains revêtements spéciaux appliqués sur les murs et le plafond permettent justement d'améliorer nettement l’acoustique des pièces.


Inspiré des travaux de Maria Klatte, de Sabine Schlittmeier et de Jürgen Hellbrück.



A lire également :