Accueil > Chroniques > Faits d'actualité en psychologie > L'école est-elle de plus en plus stressante ?

(Mise à jour: Mai 2014)

Auteur :


L'école est-elle de plus en plus stressante ?


Les élèves apparaissent de plus en plus stressés à l'école. Des facteurs relatifs à la pression et le compétition semblent expliquer une grande part de ce stress.Depuis quelques temps, le stress, cette maladie du siècle, tend à déborder les frontières du monde du travail pour s'étendre dans le milieu scolaire.
Et la France est loin d'être épargnée par cette évolution. En effet, les enquêtes menées dans 25 pays pour évaluer la qualité de vie à l'école révèlent que l'école française se situe au 22ème rang des écoles les plus stressantes. D'ailleurs, ces études montrent également que seulement 10% des élèves aiment l'école.


Mais qu'est-ce qui a changé et quels sont les principaux facteurs de stress?

Il apparaît que les exigences envers les élèves sont de plus en plus lourdes. Plus précisément, la compétition intra et interscolaire est de plus en plus rude, les journées sont très chargées (en plus de la journée de cours vient s'ajouter les devoirs), les interrogations sont nombreuses (3 à 6 par semaines), la pression des parents est importante, les écoles et les universités sont de plus en plus sélectives, etc...

De fait, les écoliers sont de plus en plus stressés. Voici leurs principales sources d'anxiété:

  • la peur de l'avenir
  • la quantité de travail à fournir chaque jour
  • les notes
  • les difficultés d'apprentissage
  • les relations avec leurs camarades

Le dernier point concernant les relations entre élèves semble plus ou moins lié à la pression et la compétition imposées aux écoliers. Il est particulièrement inquiétant car, bien que la violence scolaire n'ait pas augmenté ces dernières années, elle semble néanmoins en pleine mutation. En effet, la violence entre élèves se manifeste de plus en plus dans un cadre "ludique". Souvent il s'agit de jeux (jeu de la mort subite, jeu du cercle, petit pont massacreur...) dont la règle consiste grosso modo à rouer de coups le perdant.
En outre, un phénomène plus récent vient se greffer à cette manifestation de violence pour la rendre encore plus destructrice. Il s'agit de mettre en scène des agressions et de les relayer par les réseaux sociaux. Le happy slapping (humiliations filmées) et le cyberharcèlement en sont de bons exemples.


Comment se manifeste le stress chez l'enfant et l'adolescent?

Le stress subit quotidiennement par l'élève évolue en trois phases:

  • Tout d'abord, l'enfant ou l'adolescent va chercher des moyens, souvent des produits, pour se stimuler (caféine, stimulant de la mémoire, etc...) ou pour se calmer (calmants, psychotropes, etc...).

  • Ensuite, l'écolier s'habitue à ce stress et y réagit de façon moins intense. Cependant, de nouveaux troubles commencent à se manifester. Cela peut être un trouble du sommeil, des maux de tête, des maux de ventre, un trouble de l'alimentation, des rhumes ou des otites à répétition, etc... L'enfant risque alors de développer des conduites d'évitement, un perfectionnisme, de l'impatience, des rituels de vérification, de l’autoritarisme, etc...

  • Enfin, vient la phase d'épuisement marquée par des troubles de l'attention, des plaintes sans gravité mais fréquentes, de l'irritation, une impression d'être débordé, incompris, de ne pas être à la hauteur... bref, un burnout. Ce processus peut également aboutir à une phobie scolaire.

Il est donc important que les adultes (enseignants et parents) restent vigilants et fassent en sorte que les élèves se sentent soutenus en cas de difficulté.


Inspiré des travaux de Gisèle George.



A lire également :