Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par V > La définition de violence


La définition de Violence


la violence désigne une force brutale qu'un être impose à d'autres. Elle peut aller jusqu'à la contrainte exercée par l'intimidation ou la terreur.


Les différentes conduites agressives

La violence est aussi représentée par toutes les conduites agressives qu'un individu plus fort physiquement ou moralement fait subir à un plus faible:

  • des mauvais traitements,
  • des sévices sur le conjoint,
  • des actions criminelles pouvant aller jusqu'au viol et au meurtre.

Par extension, les comportements violents vont se retrouver aussi bien dans le domaine de la délinquance que dans celui de la dangerosité. On sait que tout malade mental susceptible de devenir violent va être considéré comme dangereux et que sa violence, manifeste ou potentielle, servira généralement d'argument pour justifier son internement.


La violence en milieu psychiatrique

On a pu dire aussi, en particulier dans le courant antipsychiatrique des années 1960, que les institutions, et notamment l'hôpital psychiatrique, exerçaient une violence, une contrainte terrorisante sur les malades. Aussi, pour Franco Basaglia comme pour David Cooper ou Ronald Laing, l'asile était une des institutions de la violence sur lesquelles s'est fondée la société occidentale.
Pour Basaglia, la relation thérapeutique elle-même « n'agit-elle pas en fait comme une nouvelle violence, comme une relation politique tendant à l'intégration, dès lors que le psychiatre délégué de la société a mandat de soigner les malades par les actes thérapeutiques dont la seule signification est de les aider à s'adapter à leur condition d'objets de violence? ».


La violence chez les malades mentaux

C'est surtout dans les situations de crise que la violence peut se manifester chez les malades mentaux. Aussi, on peut distinguer deux types de violences:

  • La violence élémentaire: elle est liée aux états de déstructuration confusionnels.

  • La violence remaniée: la place des sédatifs est plus délicate et le dénouement de la crise reste au premier plan dans la conduite à tenir. Il nécessite une bonne analyse de ce dont se plaint le patient, en particulier dans ses relations avec l'entourage, dont l'intolérance ou l'agressivité sont bien souvent les inducteurs de la crise.

Autres termes psychologiques :