Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par A > La définition de angoisse


La définition de Angoisse


L'angoisse désigne un ensemble de sentiments et de phénomènes affectifs. Elle se caractérise par une sensation interne d'oppression et de resserrement et par la crainte réelle ou imaginaire d'un malheur grave ou d'une grande souffrance devant lesquels on se sent à la fois démuni et totalement impuissant à se défendre.


La différence entre l'angoisse et l'anxiété

Sigmund Freud a longuement décrit l'angoisse comme une peur devant un danger qui reste inconnu, indéterminé, et qui vient le plus souvent de l'intérieur de soi. C'est une réaction d'alarme primitive, inscrite dans le corps, comme un réflexe archaïque.
La distinction entre angoisse et anxiété est difficile à faire. D'ailleurs, la langue anglaise ne connaît que le terme anxiety, et la langue allemande celui de angst. En français, il est classique de réserver à l'angoisse les formes les plus graves de l'anxiété. Ainsi, on décrit une angoisse psychotique, une angoisse de morcellement, une angoisse de castration, une angoisse de mort, une angoisse de destruction, etc... De plus, l'anxiété reste ressentie le plus souvent à un niveau essentiellement psychique. En revanche, l'angoisse s'accompagne de manifestations somatiques et neurovégétatives multiples:

  • Constriction sophagienne
  • Précordialgies
  • Dyspnée
  • Tachycardie
  • Tremblements
  • Hypersudation (de type de sueurs froides)
  • Spasmes intestinaux avec parfois diarrhée profuse

Ces troubles accompagnent de manière intense certaines crises d'angoisse paroxystique comme les attaques de panique.


L'angoisse selon Freud

En psychanalyse, l'angoisse désigne un affect de déplaisir, plus ou moins intense, qui se manifeste à la place d'un sentiment inconscient chez une personne dans l'attente de quelque chose qu'elle ne peut nommer. L'angoisse se traduit par des sensations physiques, allant de la simple constriction épigastrique à la paralysie totale. En outre, elle est souvent accompagnée d'une intense douleur psychique.
L'angoisse a été repérée par Freud dans ses premiers écrits théoriques comme la cause des troubles névrotiques. Ainsi, dans une lettre à Wilhelm Fliess (1894), Freud impute l'angoisse de ses névrosés en grande partie à la sexualité: « Au début, je m'engageais dans de fausses voies. Il me semblait que l'angoisse dont souffraient les malades n'était que la continuation de l'angoisse éprouvée pendant l'acte sexuel, donc en fait un symptôme hystérique. » Dans cette même lettre entièrement consacrée à Comment naît l'angoisse, Freud avance que « l'angoisse découle d'une transformation de tension accumulée », cette tension pouvant être de nature physique ou psychique. Pour lui, c'est une conversion de l'angoisse qui produit l'hystérie et la névrose d'angoisse. Mais, dit-il, « dans l'hystérie, c'est une excitation psychique qui emprunte une mauvaise voie en menant à des réactions somatiques », alors que « c'est une tension physique qui ne peut se décharger psychiquement » qui serait à l'oeuvre dans la névrose d'angoisse.
Plus tard, en 1926, il écrit dans Inhibition, symptôme et angoisse: « Autrefois, je considérais l'angoisse comme une réaction générale du moi soumis aux conditions de déplaisir. » Il revient sur cette conception en soulignant ces deux limites: d'une part, faire entre l'angoisse et la libido sexuelle une relation particulièrement intime, et d'autre part, considérer le moi comme seul et unique lieu de l'angoisse. C'est grâce à l'apport de Otto Rank, qui considère le traumatisme de la naissance comme inaugural de l'angoisse, que Freud reconsidère ses positions. Et il remonte de la réaction d'angoisse à la situation de danger, dont la naissance restera le prototype. Freud donne alors à l'angoisse deux sources différentes: l'une, involontaire, automatique, inconsciente, explicable lorsque s'instaure une situation de danger analogue à celle de la naissance et qui met en péril la vie même du sujet ; l'autre, volontaire, consciente, qui serait produite par le moi lorsqu'une situation de danger réel le menace. L'angoisse aurait là pour fonction de tenter d'éviter ce danger.
Freud aboutit alors à une nouvelle définition de l'angoisse, dont il distingue deux niveaux. Dans le premier, « c'est un affect entre sensation et sentiment, une réaction à une perte, à une séparation ». C'est cette partie de l'angoisse que Freud qualifie d'originaire et qui serait produite par l'état de détresse psychique du nourrisson séparé de la mère, « qui satisfait tous ses besoins sans délais ». Dans le second, l'angoisse est un affect, signal en réaction au danger de la castration en un temps « où le moi du sujet tente de se soustraire à l'hostilité de son surmoi » . Il s'agit là pour Freud de l'angoisse qui survient chez une personne « au moment de la phase phallique ». Ainsi, pour Freud, la survenue de l'angoisse chez un individu est toujours articulable à la perte d'un objet fortement investi, qu'il s'agisse de la mère ou du phallus.


L'angoisse selon Lacan

Jacques Lacan consacra une année de son enseignement à élaborer, après Freud, une articulation aussi précise que possible du concept d'angoisse. Pour lui, il s'agit moins de la comprendre ou de la décrire, que de la repérer dans sa position structurale et dans ses éléments signifiants. Voici comment il reprend la définition de Freud: l'angoisse est un affect dont la position a minima est d'être un signal. Mais, pour Lacan, l'angoisse n'est pas la manifestation d'un danger interne ou externe. C'est l'affect qui saisit un individu, dans une vacillation, quand il est confronté au désir de l'autre.
Si, pour Freud, l'angoisse est causée par un manque d'objet, par une séparation d'avec la mère ou le phallus, pour Lacan l'angoisse n'est pas liée à un manque d'objet. Elle surgit toujours dans un certain rapport entre la personne et cet objet perdu avant même d'avoir existé. C'est ce dont parle Freud dans l'Esquisse d'une psychologie et qu'il nomme das Ding (la Chose). Pour Lacan, cet objet n'est pas aussi perdu que nous sommes portés à le croire, puisque nous en retrouvons les traces visibles et patentes sous les formes du symptôme ou dans les formations de l'inconscient. Nous reconnaissons, dans le fait de dire que l'angoisse n'est pas sans objet, le rapport étroit qui la lie au phallus ou à ses équivalents. Il s'agit de la castration symbolique, comme Freud l'avançait également. L'angoisse, pour Lacan, est la seule traduction subjective de ce qu'est la quête de cet objet perdu. Elle survient chez un individu lorsque cet objet, équivalent métonymique du phallus, structuralement manquant, devient un objet de partage ou d'échange. Car, pour Lacan, il n'y a pas d'image possible du manque.
Cet objet manquant et spécifiquement concerné dans l'angoisse. Lacan le qualifie de support puis de cause du désir et le nomme objet a. Cet objet a, dit Lacan, c'est l'objet sans lequel il n'est pas d'angoisse. C'est le roc de la castration dont parle Freud, la réserve dernière et irréductible de la libido. « C'est de lui dont il s'agit partout où Freud parle de l'objet quand il s'agit de l'angoisse ». Pour Lacan, ce qui constitue l'angoisse, « c'est quand quelque chose, n'importe quoi vient apparaître à la place qu'occupe l'objet cause du désir ». L'angoisse est toujours suscitée par cet objet qui est ce qui dit je dans l'inconscient et qui tente de s'exprimer par le biais d'un besoin, d'une demande ou d'un désir.
Pour qu'un individu puisse être désirant, dit Lacan, il faut qu'un objet, cause de son désir, puisse lui manquer. Que cet objet a vienne à ne pas manquer et nous nous trouvons précipité, comme sujet, dans la situation de l'inquiétante étrangeté, et c'est alors que surgit l'angoisse. Selon Lacan, il y a une structure, un champ de l'angoisse. En effet, elle se manifeste toujours encadrée. C'est une scène, une fenêtre où, comme dans le fantasme, vient s'inscrire l'horrible, le louche, l'inquiétant, l'innommable. Lorsque la place du manque n'est pas préservée pour un individu, son image spéculaire, habituellement vissée au miroir, s'en détache et, comme dans Le Horla, devient l'image d'un double autonome et désarrimé, source de terreur et d'angoisse. Ainsi, pour Lacan, l'angoisse n'est pas le signal d'un manque mais la manifestation pour un individu d'un défaut de cet appui indispensable qu'est pour lui le manque. En effet, ce qui engendre l'angoisse de la perte du sein pour un nourrisson, ce n'est pas que ce sein puisse venir à lui manquer, mais c'est qu'il l'envahisse par sa toute-présence. C'est la possibilité de son absence qui préserve pour l'enfant un au-delà à sa demande, constituant ainsi un champ du besoin radicalement séparé de celui du désir.
Pour Lacan, toute réponse qui se veut comblante ne peut qu'entraîner le surgissement de l'angoisse. L'angoisse, c'est donc « la tentation non pas de la perte de l'objet, mais la présence de ceci que les objets, ça ne manque pas ». Lacan rend compte de l'angoisse en usant de trois points de repère (la jouissance, la demande, le désir), mais où la dimension du rapport à l'autre est dominante. Selon lui, l'angoisse se caractérise donc par ce qui ne trompe pas, c'est le pressentiment, ce qui est hors de doute. Ce n'est pas le doute, mais la cause du doute. L'angoisse, c'est l'affreuse certitude, c'est ce qui nous regarde, comme l'Homme aux loups, à travers la lucarne, au comble de l'angoisse, se voyait regardé par les cinq paires d'yeux de son fantasme. L'angoisse est toujours ce qui nous laisse dépendant de l'autre, sans aucun mot, hors symbolisation.


La névrose d'angoisse

Ce type de névrose se caractérise cliniquement par:

  • Un état d'excitabilité générale et d'attente anxieuse.
  • Des accès d'angoisse avec des manifestations somatiques et neurovégétatives.
  • Des phobies.

En 1895, Freud proposa d'isoler cette forme de névrose de la neurasthénie définie par George Beard. Pour Freud, cette affection était due à une « dérivation de l'excitation sexuelle somatique à distance du psychisme » et à une « utilisation anormale de cette excitation » vers des manifestations corporelles. La cause déclenchante du trouble n'était donc pas, pour lui, du côté d'une pathogénie psychique, comme pour l'hystérie ou la névrose obsessionnelle, mais restait proche du somatique. Elle ne relevait pas du refoulement d'une représentation et du déplacement de son affect. Il s'agissait le plus souvent de jeunes adultes ayant subi une brutale interruption de leur vie sexuelle. Et donc cette névrose ne justifiait pas une cure psychanalytique.
Aujourd'hui, la névrose d'angoisse n'est plus reconnue comme une entité nosologique.


L'angoisse du 8e mois

Il s'agit d'une réaction négative aux personnes étrangères, qui marque une étape cruciale dans le développement psychique du très jeune enfant. Plus précisément, aux alentours du 8e mois, le nourrisson devient capable de distinguer les visages connus des visages inconnus. Aussi, la présence d'une personne étrangère réactive le désir de la mère absente. Auparavant, à partir du 3e mois, le bébé sourit indifféremment à tout visage humain et manifeste du déplaisir quand ce visage disparaît. Le visage constitue un Gestalt-Signal (une configuration signifiante), dont les attributs superficiels (par exemple, les yeux et le nez, un mouvement, etc...) importent seuls. De fait, le visage de profil ne provoque pas le sourire.
Le sourire est le premier organisateur en ceci qu'il marque le passage entre la réception des expériences internes et la perception des stimulus externes. Mais si à ce stade le nourrisson peut manifester de la peur en présence de stimuli associés à des expériences déplaisantes, l'angoisse proprement dite ne survient qu'aux alentours du 8e mois, lorsqu'une relation à un objet libidinal a été construite, objet qui peut être évoqué au-delà des attributs superficiels perçus, et désiré. Spitz souligne deux aspects importants de ce second organisateur que constitue l'angoisse du 8e mois. D'une part, ses manifestations sont extrêmement variables selon les enfants, d'autre part, cette étape est absolument nécessaire à la construction de relations objectales. En effet, la frustration joue un rôle déterminant dans la constitution du moi.
Toutefois, différentes observations ont mis en question la théorie de Spitz. Tout d'abord, les nouveau-nés discriminent l'odeur maternelle d'une odeur étrangère, et la voix maternelle de voix étrangères. Néanmoins, on peut arguer ici qu'une réactivité différentielle de l'organisme doit être distinguée d'une relation objectale. Par ailleurs, cette période de réactions négatives à l'étranger apparaît dans une marge d'âge très large (entre 6 et 15 mois), en liaison avec le type d'attachement à sa mère que l'enfant a. Enfin, cette réaction peut survenir en présence de la mère et, en l'absence de celle-ci, elle peut alterner avec des tentatives d'approche de l'adulte. Elle pourrait alors être interprétée comme une réaction ambivalente à la nouveauté, spécificité de l’image maternelle.


Autres termes psychologiques :