Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par C > La définition de cure


La définition de Cure


En psychanalyse, la direction d'une cure désigne l'une action de l'analyste dans la conduite de la cure. Le principe même d'une direction, c'est-à-dire d'une intervention active de l'analyste dans la conduite de la cure a posé problème historiquement.


La direction de la cure selon Freud

Sigmund Freud fait état très tôt de son souhait de ne pas diriger le patient, mais, en même temps, il ne se prive pas d'énoncer des règles et de demander au patient de s'y conformer, lorsqu'il estime que celles-ci sont nécessaires pour la cure elle-même. En somme, on est assez loin ici de la façon dont ses successeurs immédiats ont pu développer l'idée de la neutralité de l'analyste, même si celle-ci est aussi présente chez lui.
Il est d'ailleurs intéressant, à cet égard, de savoir lire dans la présentation que Freud a pu faire des cures qu'il a conduites. D'une part, il considère que seuls les premiers entretiens avec l'analyste permettent de dégager le symptôme comme tel. D'autre part, il a souvent été amené à remettre en question la première présentation que les patients donnaient de ce qu'ils concevaient comme étant une réalité objective. En effet, dans leur plainte, ils oubliaient le plus souvent quelle part ils donnaient à la réalité qu'ils dénonçaient.


La direction de la cure selon Lacan

Jacques Lacan a insisté sur ces questions, qui concernent le début de la cure. Il donne pourtant plus d'importance encore au problème de sa terminaison, qui conditionne d'ailleurs la façon dont l'analyste la dirige. En ce sens la réflexion sur la direction de la cure n'est pas détachable de la théorie du désir.
Si on tient, avec Lacan, que le désir est à référer à un objet qui le cause (objet a) plus qu'au but qu'il semble viser, on s'interrogera sur ce qu'il doit advenir de cet objet dans la cure. On relèvera d'abord que généralement, le patient l'évite autant qu'il le cherche, comme si atteindre ce qui pour lui est le plus investi devait le faire disparaître lui-même. Dans la cure on pourrait dire qu'il peut s'en approcher davantage, fût-ce au prix d'une plus grande angoisse. On pourrait aussi affirmer qu'une analyse menée vraiment jusqu'à son terme devrait permettre au patient de s'apercevoir que cet objet auquel il a dû renoncer, c'est finalement là que tient tout son être. Mais, pour cela, il aura fallu que l'analyste accepte durant un temps d'être lui-même en position d'objet a par rapport à son analysant. Il aura aussi fallu qu'il ne perde jamais de vue le fait que l'objet, cause du désir, ne peut se révéler que lorsque les mirages imaginaires qui le recouvrent se défont.
Ainsi la pratique de la cure n'est pas seulement une pratique symbolique du déchiffrage des signifiants. Elle doit aussi être située par rapport aux coordonnées réelles et imaginaires. Tout cela constitue alors les premiers éléments de ce que serait un acte psychanalytique.


Autres termes psychologiques :