Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Les femmes sont-elles plus généreuses que les hommes ?


Auteur :


Les femmes sont-elles plus généreuses que les hommes ?


"Les femmes se distinguent par leurs comportements prosociaux, tandis que les hommes sont plus enclins à la compétition." Voilà un cliché largement répandu dans la société, au point que l'on peut se demander s'il ne contient pas une part de vérité. D'ailleurs, des chercheurs ont effectivement étudié la question...


Alors, les femmes sont-elles vraiment plus altruistes que les hommes?

Les expériences menées par des neuroscientifiques ont consisté à étudier l'activité cérébrale d'hommes et de femmes placés dans des situations où ils avaient le choix entre garder pour eux de l'argent (environ 10 euros) qu'ils venaient de recevoir, et partager cette somme avec une autre personne.

Le striatum est une zone du cerveau impliquée dans le circuit du plaisir, et les comportements généreux des femmes activent cette zone.Les chercheurs ont alors constaté que 52% des femmes préféraient partager l'argent, contre seulement 39% des hommes.
Aussi, l'IRM a révélé que chez les femmes, une zone du circuit du plaisir (le striatum) s'activait davantage pour les choix altruistes, tandis que chez les hommes, cette même région du cerveau s'activait surtout pour les choix égoïstes.

Ainsi, les femmes retireraient un certain plaisir à se montrer généreuses, alors que les hommes obtiendraient ce même plaisir en adoptant des comportements individualistes.


Ces différences entre hommes et femmes sont-elles innées ou acquises?

La gratification que procure un acte altruiste ou égoïste n'est pas innée. En effet, elle résulterait d'un conditionnement précoce des jeunes enfants. Ainsi, les comportements altruistes auraient tendance à être valorisés surtout chez les filles, tandis que ce seraient les comportements compétitifs qui seraient davantage mis en valeur chez les garçons.

La société joue donc un rôle majeur dans ce conditionnement. Aussi, les inégalités de salaire entre les sexes, la répartition des tâches familiales, etc... en sont certainement les conséquences. Mais heureusement, cette tendance est en train de changer grâce à une prise de conscience générale !


Inspiré des travaux d'Alexander Soutschek, de Christopher Burke et de Sébastien Bohler.



A lire également :