Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par P > La définition de processus


La définition de Processus


Un processus désigne l'ensemble, considéré comme doté d'une unité et d'une organisation, d'événements étalés dans le temps. Il s'agit ici du sens ordinaire du mot. En psychologie, on parle du processus d'apprentissage, du processus de développement, du processus de perception, du processus de désambiguïsation d'un mot, du processus de compréhension du langage, pour désigner des activités dont on sait qu'elles se déroulent dans le temps de façon complexe, en dépit de la brièveté apparente de certaines d'entre elles.


Le processus élémentaire

Le processus correspond également à l'unité élémentaire du fonctionnement mental qui, d'après un modèle, est susceptible de se composer avec d'autres pour donner lieu à une unité d'ordre plus élevé.
Les conceptions actuelles de la psychologie, et plus particulièrement de la psychologie cognitive, tentent de décomposer les processus au sens défini initialement en ce que l'on appelle aussi des processus, au sens de processus élémentaires, et que l'on pourrait encore nommer des microprocessus.
Un processus élémentaire est une entité hypothétique. Dans les modèles psychologiques de traitement de l'information, c'est une unité de fonctionnement mental. Il n'existe pas de liste exhaustive et indiscutée de processus psychologiques élémentaires, mais on pourrait citer:

  • activer,
  • coder,
  • recouvrer en mémoire,
  • accéder à une unité mnésique,
  • apparier,
  • décider,
  • lier deux unités élémentaires,
  • etc...

Le processus en psychiatrie

En psychiatrie, un processus désigne une succession d'événements conduisant un objet ou un organisme à changer de forme ou d'état selon une évolution où diverses étapes peuvent généralement être repérées.
En psychopathologie, avec Karl Jaspers, le terme processus désigne une modification profonde de la personnalité d'un patient, qui peut être en rapport avec une atteinte cérébrale, ou simplement psychique, mais qui, de toute façon, n'est pas phénoménologiquement compréhensible. C'est le cas, par exemple, d'un processus schizophrénique, qui reste inaccessible à la compréhension et pourrait seulement relever d'une explication naturaliste (par exemple, un trouble biologique). Il diffère donc radicalement d'un développement morbide de la personnalité, qui, lui, reste compréhensible lorsqu'on connaît la personnalité prémorbide antérieure. C'est ce qui se produit avec certains délires où le paranoïaque entre progressivement dans la paranoïa et avec les psychoses réactionnelles, où la modification de la personnalité peut se comprendre comme une réaction à une situation, un événement, un vécu compréhensibles.
Dans tous ces cas, il n'y a pas de rupture entre l'état antérieur et l'état morbide. En revanche, quand on parle de processus, on sous-entend qu'il y a eu une véritable solution de continuité, incompréhensible, entre les deux états. C'est pourquoi Eugen Bleuler, en décrivant des phases processuelles de la schizophrénie, nous signifie qu'elles sont incompréhensibles et qu'elles ne peuvent s'expliquer que par une atteinte organique du système nerveux central.


Le processus en psychanalyse

En psychanalyse, un processus correspond à un mode de fonctionnement de l'appareil psychique.
Sigmund Freud a désigné comme processus primaire un mode de fonctionnement caractérisé sur le plan économique par le libre écoulement de l'énergie et par le libre glissement du sens. L'inconscient est par excellence le lieu de ce processus, dont les mécanismes spécifiques sont le déplacement et la condensation comme modes de passage d'une représentation à une autre.
À l'inverse, les processus secondaires se caractérisent sur le plan économique par des liaisons et un contrôle de l'écoulement énergétique soumis au principe de réalité. C'est le système préconscient-conscient qui est le lieu de ces processus secondaires, qui sont le véritable support de la pensée logique et du langage. À l'opposé, les processus primaires correspondent à une pensée libre, imaginative, où le mouvement des signifiants ne subit pas le poids des concepts, comme c'est justement le cas dans le rêve.


Autres termes psychologiques :