Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Comment identifier les pleurs d'un bébé ?

Octobre 2013 (Mise à jour: Mai 2014)

Comment identifier les pleurs d'un bébé ?


Les nourrissons sont totalement dépendants de leurs parents et le seul moyen pour eux d'exprimer leurs besoins et de communiquer leurs états émotionnels est de pleurer. Ainsi, un bébé en bonne santé peut pleurer jusqu'à trois heures par jours.
Aussi, il est souvent difficile d'identifier la cause des pleurs d'un nourrisson et les parents se retrouvent facilement désemparés, surtout durant les premières semaines qui suivent sa naissance, ne sachant pas s'il s'agit d'une colère, d'un chagrin, de coliques, etc...


Alors comment identifier l'état émotionnel d'un bébé qui pleure?

Il est souvent difficile de savoir pour quelles raisons un nouveau né pleure. Heureusement, certains signes au niveau des yeux permettent de déterminer les causes de ses pleurs.Des chercheurs ont justement étudié la question. Plus précisément, ils sont parvenus à mettre en évidence des signes caractéristiques, notamment au niveau des yeux, qui permettent de distinguer des pleurs de douleur, de colère ou de peur:

  • Les pleurs de douleur: un nourrisson qui a mal a les yeux fermés lorsqu'il pleure.
  • Les pleurs de colère: un bébé qui pleure de colère a les yeux à moitié ouverts.
  • Les pleurs de peur: les yeux d'un nourrisson qui pleure parce qu'il a peur sont grands ouverts.

Ainsi, en connaissant l'état émotionnel à la base des pleurs de leur enfant, les parents seront certainement moins déroutés et pourront mieux réagir à ses pleurs.


Et si malgré tout le nourrisson continu de pleurer?

Même si l'intervention des parents n'a pas suffit à apaiser leur bébé, ils ont déjà eu la réaction juste: celle de se mobiliser pour tenter de le calmer.
Aussi, même si les besoins essentiels du nourrisson sont satisfaits (s'il n'a pas faim, pas sommeil, pas froid, pas mal, etc...), il arrive parfois qu'il continue de pleurer. Dans ce cas, le mieux est de placer l'enfant un peu à l'écart, de lui mettre une musique douce jusqu'à ce qu'il se calme et de ne surtout pas paniquer car cela ne ferait qu’accroître le stress du bébé.


Inspiré des travaux de Mariano Choliz.



A lire également :