Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > L'agressivité au volant

(Mise à jour: Août 2014)

Auteur :


L'agressivité au volant


Au volant de notre voiture, nous devenons facilement irritables, voire agressif, à la moindre frustration.Bien souvent, une fois au volant de notre voiture, nous devenons facilement intolérant face aux aléas de la circulation. En effet, à la moindre frustration, que ce soit envers un conducteur roulant à une allure que nous jugeons trop lente, pour un dépassement dangereux, etc..., nous nous emportons facilement. Notre colère et notre agressivité semblent alors se désinhiber sur la route.

Aussi, même si cette attitude agressive au volant concerne la plupart d'entre nous, certains semblent tout de même plus enclins à manifester leur colère, voire à transgresser les règles de conduite.


Qui sont les individus les plus irritables sur la route?

Nous ne somme pas tous égaux face à l'agressivité au volant. En effet, certains traits de personnalité ont une influence notable:

  • L'impulsivité: il s'agit de la tendance à agir sans réfléchir aux conséquences.
  • La recherche de sensations: ce trait de personnalité se caractérise par un goût prononcé pour le risque.
  • L'extraversion: il s'agit de la tendance à s'extérioriser.
  • Le désir de compétitivité.
  • Le névrosisme: ce trait de personnalité se caractérise par une prédisposition au stress et plus généralement aux émotions négatives.

Aussi, étant donné que, de façon générale, les hommes ont un niveau d'impulsivité et de recherche de sensation plus élevés que les femmes, ils se révèlent plus agressifs au volant et conduisent plus dangereusement. Il en est de même pour les jeunes de moins de 30 ans: ils tendent à adopter une conduite automobile plus agressive et transgressive.


Y-a-t-il d'autres facteurs susceptibles d'influencer une conduite agressive?

Il y a, en effet, d'autres facteurs à prendre en compte pour expliquer l'émergence des comportements agressifs sur la route. Un facteur particulièrement important est la distance ressentie avec les autres usagers de la route. Par exemple, lorsque les conducteurs voient le visage des autres automobilistes, la distance ressentie vis à vis de ces derniers diminue.
De fait, lorsque les conducteurs voient le visage d'un automobiliste qui roule lentement, ou qui ne démarre pas assez vite au feu vert, etc..., ils manifestent beaucoup moins leur colère que lorsque cet automobiliste n'est pas visible. Par exemple, les conducteurs attendent plus longtemps avant de klaxonner une voiture cabriolet où le chauffeur est vu de tous.
Et inversement: lorsque les conducteurs ne peuvent pas être vus, grâce à des vitres teintées par exemple, ils se montrent plus impulsifs. Par exemple, ils font davantage d'appels de phare, s'exaspèrent plus facilement, etc... En effet, le sentiment d'anonymat renforce les comportements transgressifs et agressifs.

Enfin, le statut social reflété par le modèle de la voiture (automobile récente versus vieille automobile, haut de gamme versus bas de gamme, etc...) influence également les manifestations de colère chez les autres automobilistes. Plus précisément, des études ont montré que plus la voiture indique un statut social élevé du propriétaire et moins ce dernier sera agressé en cas de conduite gênante.


Inspiré des travaux de Nicolas Guéguen, d'Eric Dahen et de Jerry Gulledge.



A lire également :