Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par F > La définition de figure


La définition de Figure



Les relations figure/fond

Il s'agit d'une distinction issue de la gestalt-théorie et dans laquelle la figure est la partie du champ perceptif qui se détache du fond, qui s'individualise, tandis que la structure du fond reste indistincte.
En perception, les définitions de la figure (ou forme), et du fond sont relatives l'une à l'autre. Une figure perceptive est un élément individualisé ou un ensemble cohérent qui se détache d'un arrière-plan moins différencié, plus homogène, appelé fond, par analogie avec le sens de ce mot en peinture.
Cette distinction spontanée, appelée ségrégation, divise l'espace ambiant en deux zones d'inégale importance. Elle constitue le phénomène fondamental qui structure le monde physique des êtres vivants. La zone privilégiée, celle de la figure, est appréhendée d'emblée comme un tout et non fabriquée par agrégat de qualités élémentaires. Ce sont les théoriciens de la forme qui, à la fin du XIXe siècle, ont montré qu'une figure résiste à la transformation de tous ses éléments. La perception de l'identité de forme l'emporte donc sur celle d'un changement de constituants qui, pourtant, peut être aussi décelé. Cela a conduit à penser que la forme est autre chose que la somme de ses parties.
La forme ne peut être dégagée du fond que si des conditions physiques, propices, indépendantes de l'observateur, s'y prêtent. De fait, il faut qu'il y ait discontinuité réelle, rupture dans l'espace, pour que se produise la ségrégation figure/fond. Une différence d'éclairement, un contraste de couleur, une frontière, un contour, le bord d'un objet solide la provoquent. L'endroit le plus éclairé, l'objet à bords nets, le dessin à contours marqués seront perçus comme figures et seront localisés en avant du fond, plus proches que lui. La perception de la figure s'opère aux dépens du fond. Les théoriciens de la forme allaient jusqu'à dire: « Nous voyons les choses, nous ne voyons pas les trous qui les séparent ». De fait, c'est à la figure qu'appartiennent les frontières qui la séparent du fond, comme on a pu le montrer par des inversions de champ ou par l'extraction de figures simples à partir de figures complexes.
La figure ambigüe de la gestalt-theorie.Toutefois, le fond reste présent dans la perception de la figure, mais il représente la partie du champ perceptif vers laquelle ne s'accomplit pas une orientation privilégiée. Par exemple, en perception visuelle, la figure est saisie en vision centrale et le fond en vision périphérique. Mais le fond peut devenir figure si, à la fois, se présente la possibilité d'une autre ségrégation et qu'est sollicitée la mobilité de l'organe sensoriel récepteur. Ainsi, deux ségrégations alternatives sont possibles comme dans la figure 1.
Les perceptions du fond s'avèrent toujours plus pauvres, moins détaillées que celles de la figure. Elles concourent à faire du monde physique un monde d'objets et à structurer l'espace qui entoure ces objets de façon homogène.


Le test de figures intriquées

Il s'agit d'une épreuve dans laquelle l'individu doit reconnaître une figure simple dans un dessin plus complexe. Cette épreuve peut aussi être appelée test des figures cachées (ou figures de Gottschaldt). Ce type d'épreuve a été utilisé par différents psychologues. Louis Thurstone l'a employé pour évaluer la flexibilité de structuration perceptive, c'est-à-dire le facteur perceptif lié à certains traits de personnalité:

  • Le retrait à l'égard des contacts sociaux.
  • L'indépendance à l'égard des opinions des autres.
  • L'attitude analytique.
  • L'intérêt pour les problèmes théoriques et scientifiques.
  • Le refus de systématisation rigide et routinière.

Des liaisons entre perception et personnalité ont été également observées à l'aide de ce test, par Herman Witkin, dont les travaux en ont fait une épreuve très utilisée d'indépendance à l'égard du champ.


Autres termes psychologiques :