Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par E > La définition de eusocialité


La définition de Eusocialité


En éthologie, l'eusocialité est une caractéristique du type le plus évolué de société chez les insectes sociaux répondant à trois critères:

  • L'existence de castes et donc d'un polyéthisme, notamment au plan de la reproduction.
  • Des soins aux stades immatures mettant en jeu une coopération des individus.
  • Le recouvrement de plusieurs générations adultes.

Les formes intermédiaires de eusociétés

Dans le mode animal, le phénomène social est apparu de nombreuses fois, indépendamment les unes des autres. À côté des eusociétés rencontrées chez la totalité des isoptères (les termites) et chez de nombreux hyménoptères (les guêpes, les abeilles, les fourmis), il existe des sociétés plus ou moins lâches dans d'autres groupes. Il s'agit des insectes ou des mammifères migrateurs, des bancs de poissons ou d'oiseaux, chez lesquels on ne retrouve que l'une ou l'autre des caractéristiques de l'eusociété. Chez les insectes, on peut établir une série évolutive jalonnée par de nombreuses formes intermédiaires, subsociales ou semisociales, depuis les espèces solitaires jusqu'aux sociétés vraies.


Les caractéristiques de l'eusociété

L'eusociété se caractérise par l'existence d'un groupe apparenté vivant dans un nid. Ce groupe est plus ou moins structuré par une hiérarchie ou un polyéthisme qui s'exerce essentiellement dans le domaine de la reproduction, mais qui peut s'étendre à d'autres activités (par exemple, la défense, la récolte de la nourriture, le nettoyage, etc...).
Le phénomène de la socialisation semble trouver son point de départ dans les soins aux jeunes. Il s'accompagne de constantes telles qu'une longue période de ponte de la femelle reproductrice, un contrôle de la détermination du sexe et des castes, la thermorégulation de la colonie, le développement de systèmes de communication entre individus, la mise en réserve de la nourriture, etc...


Les causes de l'eusocialité

Pour expliquer le phénomène de socialisation, de nombreuses théories ont été proposées. Elles se sont appuyées tour à tour sur l'interattraction, l'effet de groupe, la sexualité, la trophallaxie ou la coopération. On a aussi pensé que la socialité s'était développée grâce à une particularité biologique: l'haplodiploïdie (femelles diploïdes et mâles haploïdes), qui établit dans une colonie des liens de parenté plus grands entre sœurs qu'entre parents et enfants. Cependant, ce système d'hérédité n'est valable que pour les hyménoptères, et d'ailleurs tous ne sont pas sociaux.
Depuis, d'autres hypothèses accordent une place à l'environnement et aux facteurs écologiques, tout en privilégiant le rôle de l'apparentement.


Autres termes psychologiques :