Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par C > La définition de couple


La définition de Couple



La pensée par couple

Il s'agit d'un mode de pensée qui consiste à transformer en relation causale l'association de deux éléments liés par une concomitance perceptive, une assonance, une opposition ou un automatisme de signification.
C'est Henri Wallon, en 1945, qui s'est attaché à répertorier et à analyser cette structure binaire de la pensée, rencontrée chez l'enfant entre 5 et 7 ans. Ce mode de pensée transparaît dans les réponses verbales à des questions sur les phénomènes naturels et l'origine d'objets physiques. Les questions posées par Wallon étaient le plus souvent du type « qu'est-ce que c'est ? » (par exemple, « Qu'est-ce que le feu, le soleil, la nuit? », ou encore, « Fait-on un arbre avec du bois ou bien du bois avec un arbre? »). A de telles questions, l'enfant de 5 à 7 ans répond fréquemment par la formule « c'est quand... » (par exemple, le feu, « c'est quand il y a de la fumée »). Or, ces associations conduisent souvent l'enfant à des contradictions. Par exemple, ayant affirmé que le feu c'est de la fumée, il décrit la fumée comme noire, mais refuse de dire que le feu c'est noir. Aussi, la relation causale peut être, curieusement, réciproque. Par exemple, invité à définir le jour, l'enfant le fait par la présence du soleil. La pensée par couple procède donc à des identifications, le plus souvent par élision. C'est pourquoi Wallon y voit une pensée molaire, une structure élémentaire dans l'évolution psychologique.
Par ailleurs, Wallon s'est plus appliqué à rechercher toutes les sortes de couples auxquels l'enfant recourt qu'à décortiquer sa démarche en fonction de la question qui lui est adressée. Il est néanmoins possible que la question appelle la tautologie. Par exemple, à la question « qu'est-ce que la pluie? », l'enfant, dérouté, répond que « c'est de la pluie ». Mais il peut aussi dire que c'est de l'eau et qu'elle vient du ciel. Alors, dit l'adulte, « le ciel, c'est de l'eau? ». L'enfant, qui flaire un piège, hésite à le nier, faute de pouvoir proposer une alternative acceptable ou, plus simplement, faute de savoir l'exprimer. Autrement dit, il se pourrait que la pensée par couple résulte de la forme de la ou des questions posées. En outre, il semble bien que le domaine exploré par Wallon fasse appel à des connaissances acquises, à une culture que l'enfant ne possède pas de façon innée et qui dépend du milieu éducatif dans lequel il est élevé. Aussi l'interrogatoire semble sans cesse dirigé par l'adulte et porte délibérément sur des questions hors du champ de l'expérience routinière, et cela conduit à se demander si la pensée par couple telle que l'a décrite Wallon ne reflète pas des difficultés d'expression plutôt qu'une structure particulière de la pensée.


La thérapie de couple

Il s'agit d'une thérapie axée sur l'aménagement de détails, principalement ceux de l'emploi du temps de la vie en commun d'un couple, afin de la rendre plus satisfaisante pour la famille et pour le couple lui-même. La thérapie de couple porte sur les diverses activités quotidiennes de deux partenaires en se proposant de laisser à chacun la liberté de les accomplir tout en respectant les activités et les souhaits de l'autre. Elle peut aborder, par exemple, leur attitude vis-à-vis de la scolarité des enfants, les visites aux parents, l'organisation des loisirs et même, dans certains cas, l'aménagement de leur vie sexuelle.
Il s'agit pour chaque membre du couple de prendre conscience de son propre fonctionnement et de l'ajuster en fonction de celui de l'autre. La thérapie de couple diffère ainsi des thérapies sexuelles ou du conseil conjugal dans la mesure où elle nécessite la présence effective des deux partenaires et leur adhésion commune à un programme visant à obtenir un changement dans leur vie conjugale. Elle aboutit à des engagements ou à des résolutions qui ne sont pas vécus comme des concessions mutuelles mais plutôt comme les termes d'un contrat dont est témoin le thérapeute.
Aussi, le rôle principal du thérapeute, dans ce compromis, est de faire l'analyse du comportement de chacun de ses clients, c'est-à-dire de traduire les griefs si griefs il y a de chacun en description objective des comportements qu'il reproche à son partenaire ou qui ne le satisfont pas. Ainsi, par le biais de cette analyse, à laquelle les conjoints sont seuls à participer, une meilleure communication s'établit et facilite un processus de compréhension.
Ces thérapies s'abstiennent de prendre en considération toute allusion aux notions de personnalité et aux anomalies de celle-ci. Elles ne visent qu'à établir un équilibre plus stable dans le fonctionnement quotidien de la vie du couple sans porter de jugements de valeur ni faire de remarques sur les comportements que les conjoints désirent modifier.


Autres termes psychologiques :