Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par C > La définition de chronopsychologie


La définition de Chronopsychologie


La chronopsychologie désigne l'étude des variations périodiques affectant les processus psychologiques et l'organisation des conduites animales ou humaines.


Les caractéristiques de la chronopsychologie

Chez l'être humain, les performances et l'efficience cognitive ne sont pas stables, mais fluctuent selon des périodicités diverses. Il existe certains parallélismes entre ces rythmicités psychologiques et les rythmes biologiques étudiés par la chronobiologie. Mais la psychologie peut étudier pour eux-mêmes les rythmes psychologiques, car il s'agit d'une voie d'approche originale et prometteuse dans la tentative d'explication de nos comportements. Aussi, les travaux menés dans ce domaine ont des implications pratiques évidentes dans le domaine de l'éducation, du travail et de la santé.


L'histoire de la chronopsychologie

Dès 1885, Hermann Ebbinghaus montre que la valeur de l'empan mnémonique varie au cours de la journée. Plus précisément, il montre qu'il est faible le matin, puis culmine vers 11 heures, pour finalement décroître tout au long de l'après-midi.
Par la suite, l'émergence de la chronobiologie offre un cadre interprétatif à ces premières observations. Des précurseurs comme Nathaniel Kleitman ou Blake associent l'étude des variations rythmiques des paramètres biologiques (notamment la température corporelle ou les composants sanguins et urinaires) et l'analyse de variations journalières des performances lors de tests mettant en jeu divers processus psychologiques. Ces tests (temps de réaction, calcul mental, tri d'objets, transposition spatiale, utilisation d'un code, etc...) apportent tous la confirmation du caractère rythmique de l'efficience. Toutefois, le parallélisme entre l'évolution circadienne (c'est-à-dire sur 24 heures) de la température corporelle et celle des performances conduit à traduire cette corrélation en relation causale. C'est-à-dire que l'accroissement de l'activité globale de l'organisme (attestée par la valeur de la température du corps) entraîne une mobilisation accrue et une capacité supérieure des systèmes sensoriels et du fonctionnement cérébral.
Mais partir des années 1970, les travaux de Cocquhoun dissipent ce malentendu, en démontrant que la baisse de la vigilance qui se manifeste en tout début d'après-midi ne s'accompagne pas d'une variation des paramètres biologiques. Cette observation, et bien d'autres, accrédite l'idée de variations rythmiques intrinsèques des processus étudiés. Ces variations, caractérisées par leur période, peuvent siéger sur différentes durées:

  • A court terme: ce sont les rythmes ultradiens de période inférieure à 20 heures).
  • A moyen terme: ce sont les rythmes circadiens de période comprise entre 20 et 28 heures.
  • A long terme: ce sont les rythmes infradiens de période supérieure à 28 heures.

Pour des raisons méthodologiques, les rythmicités circadiennes sont les mieux maîtrisées. Elles concernent des variations journalières de la sensibilité, des aptitudes sensori-motrices, des capacités d'attention, de la mémoire, de processus cognitifs ou intellectuels.


La chronopsychologie aujourd'hui

Aujourd'hui, l'inventaire des fonctions ou des processus montrant de telles rythmicités est loin d'être achevé. Par ailleurs, la nature même des mécanismes responsables de ces fluctuations reste souvent problématique. Il serait simplificateur de penser qu'un individu présente de fortes capacités à certaines heures et de faibles capacités à d'autres heures. En effet, l'évolution hors de phase de nombreuses fonctions module et structure, tout au long des 24 heures, ses potentialités.
Les retombées pratiques concernent au moins trois domaines de la psychologie:

  • En psychologie génétique et psychopédagogie: il y a là une voie d'approche soit des processus de maturation (mise en place plus ou moins précoce des rythmes), soit des difficultés rencontrées en milieu scolaire.

  • En psychopathologie: le caractère cyclique de certains troubles n'est plus à démontrer. En effet, dès 1921, le caractère périodique des psychoses maniaco-dépressives a été l'un des critères pour les distinguer des autres psychoses.

  • En psychologie ergonomique: la chronopsychologie offre un cadre interprétatif à la distribution temporelle des erreurs humaines. Elle contribue aussi à une meilleure conception d'équipements techniques adaptés, de jour comme de nuit, aux capacités réelles des opérateurs.

Autres termes psychologiques :