Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par C > La définition de champ


La définition de Champ



Les effets de champ

Il s'agit des erreurs perceptives résultant d'interactions immédiates entre les éléments d'un champ. Elles sont observables même en l'absence de toute activité d'exploration puisqu'une présentation tachistoscopique de moins de 400 ms suffit à les faire apparaître. Aussi, les illusions optico-géométriques sont certainement les effets de champ les plus connus.
Pour les théoriciens de la forme, ces erreurs sont dues à un déséquilibre entre les forces cohésives et les forces relationnelles à l'intérieur d'un champ physiologique cérébral. Jean Piaget voit dans ces erreurs le résultat d'un équilibre non additif établi à partir d'effets élémentaires simples et peu nombreux à l'intérieur d'un champ de centration.


Le champ récepteur

Il s'agit d'une région de la surface réceptrice dont la stimulation active ou inhibe un neurone qui lui correspond. En raison de la convergence des récepteurs sur les cellules nerveuses, chacune de celles-ci est activée ou inhibée par la stimulation d'une région de la surface réceptrice, qu'il s'agisse de la vision ou du toucher.
Ainsi, en vision, le champ récepteur d'un neurone correspond à la surface de la rétine et de l'espace environnant, dont la stimulation par un contraste lumineux entraîne une réponse du neurone. Les champs récepteurs des cellules ganglionnaires de la rétine constituent des surfaces circulaires qui comportent deux zones concentriques à activités antagonistes. Les champs récepteurs des neurones du cortex visuel ont une forme allongée. Certains comportent des zones antagonistes séparées, d'autres non.


Le champ visuel

Il s'agit de l'étendue de l'espace environnant l'observateur, à l'intérieur de laquelle les objets peuvent être perçus lorsque le regard et la tête sont immobiles. Aussi, on distingue:

  • Le champ visuel monoculaire: il correspond à l'étendue de cet espace vue par un seul œil.
  • Le champ visuel binoculaire: il correspond à l'étendue vue par les deux yeux. Il comprend une partie centrale vue par les deux yeux et deux parties temporales monoculaires. Le champ visuel binoculaire d'un adulte est une ellipse à grand axe horizontal dont l'ouverture est de 190° sur l'axe horizontal et 110° sur l'axe vertical. Chez le nouveau-né humain, le champ visuel est beaucoup moins étendu.

Le champ visuel sur le plan développemental

Dans le cadre développemental, le champ visuel désigne la mesure de la zone de l'espace à l'intérieur de laquelle le nourrisson peut détecter une tache lumineuse ou localiser un stimulus visuel.
La technique du périmètre kinétique, élaborée par Gesine Mohn et Jackie van HofvanDuin, en 1986, permet des mesures du champ visuel à la fois en binoculaire et en monoculaire, chez le nourrisson.
Dans la technique princeps, le périmètre kinétique est constitué de deux arcs de cercle montés en perpendiculaire, l'un horizontal, l'autre vertical. Des repères en degrés d'angle visuel sont inscrits au dos des arcs de cercle. La mère tient son bébé en position ventrale en lui maintenant la tête face au dispositif, afin d'éviter toutes rotations. Un expérimentateur, caché, déplace lentement un stimulus de la périphérie au centre du dispositif. Un second expérimentateur, face au nourrisson, signale quand celui-ci a détecté le stimulus.
Ainsi, en fonction des diverses localisations de présentation du stimulus, on réussit à connaître l'ensemble de l'espace dans lequel le nourrisson peut détecter une cible visuelle. Aussi, les résultats en binoculaire montrent qu'un nourrisson de un mois est capable de détecter l'apparition d'un stimulus sur 60° pour l'axe horizontal et sur 40° pour l'axe vertical. A 6 mois, ces données sont de 120° pour l'axe horizontal et de 80° pour l'axe vertical. Elles atteindront le niveau adulte autour de la première année.


Autres termes psychologiques :