Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par A > La définition de automatisme


La définition de Automatisme



L'automatisme mental

Il s'agit d'un syndrome décrit par Gaëtan Gatian de Clérambault. Il se caractérise par l'association de phénomènes psychopathologiques entraînant chez le patient le sentiment et la conviction délirante qu'il n'est plus maître de sa volonté et qu'une force étrangère et extérieure à lui agit sur lui et contrôle toute son activité psychique en dirigeant ses actes, sa pensée et ses perceptions. Par ailleurs, on distingue deux type d'automatisme mental:

  • Le grand automatisme mental: il est fait à la fois d'un automatisme idéo-verbal (des hallucinations verbales avec commentaires des actes et écho de la pensée, sentiment de devinement et de vol de la pensée, des répétitions de phrases d'allure impersonnelle, qui seraient imposées à l'individu), d'un automatisme moteur se traduisant par des impulsions qui entraînent des tics et des stéréotypies gestuelles parasitant la motricité volontaire du patient, et d'un automatisme sensoriel et sensitif avec de multiples hallucinations visuelles, gustatives (des goûts bizarres dans la bouche), olfactives (des odeurs désagréables), tactiles, génitales (des sensations voluptueuses) et cénesthésiques (des douleurs viscérales inexpliquées, des spasmes, des décharges électriques). Tous ces troubles psychosensoriels restent anidéiques, c'est-à-dire sans accompagnement délirant, au début.

  • Le petit automatisme mental: ici, les troubles sont plus discrets, plus subtils. il se caractérise par de simples sentiments d'étrangeté de la pensée, de dévidage de souvenirs non sollicités, d'émancipation des idées abstraites, de réflexions et séries de mots imposées, d'arrêt subit du courant de la pensée. Tout cela donne à l'individu l'impression d'un fonctionnement passif de la pensée, comme par contrainte, par action extérieure.

Cet automatisme mental apparaissait, pour Clérambault, comme le point de départ de la psychose hallucinatoire chronique. Le phénomène initial était pour lui un trouble cérébral de nature probablement organique, à partir duquel se développait, dans une phase secondaire, le délire. C'était une explication mécaniciste de la construction délirante, liée à une psychopathologie localisatrice et atomistique qui n'est plus défendue actuellement.


L'automatisme psychique

Il s'agit d'une activité mentale et psychomotrice échappant au contrôle de la volonté consciente de l'individu. Certains de ces automatismes font partie de la vie quotidienne. Ils représentent en particulier toute une série de comportements réflexes et d'actes habituels à l'adaptation normale de la personne. Mais d'autres automatisme correspondent à des conduites pouvant exprimer l'altération du champ de conscience ou la libération d'infrastructures inconscientes laissant échapper des exigences instinctivo-affectives profondes. L'écriture automatique si prisée des poètes surréalistes a pu être ainsi considérée comme un moyen de lever la censure interdisant à ces exigences de se manifester.
Par ailleurs, les automatismes psychomoteurs peuvent apparaître au cours d'états seconds chez des hystériques, ou au cours d'états crépusculaires chez des épileptiques. Certaines victimes de commotions cérébrales peuvent également se déplacer, prendre un train, au cours des minutes qui suivent leur accident, dans une sorte d'automatisme ambulatoire, sans en garder ensuite le moindre souvenir.


Autres termes psychologiques :