Accueil > Histoire > Perception: La synesthésie numérique


La synesthésie numérique


La synesthésie numérique se caractérise par la capacité de concevoir mentalement une représentation spatiale des unités temporelles (ou plus généralement, des nombres). Cette association "nombre-espace" représente environ 23% des synesthésies.

Aussi, cette représentation "numérico-spatiale" s'effectue de façon non-contrôlée et systématique: à chaque fois que le synesthète numérique pense à un nombre ou à une unité temporelle, il perçoit automatiquement une carte mentale numérique.


Une carte mentale personnelle des nombres

La représentation du temps chez les synesthètes nombre-espace est variable, que ce soit pour carte mentale de la semaine, de l'année, etc...L'agencement spatial des nombres est personnel. C'est-à-dire que pour un même nombre ou une même unité de temps, la position spatiale associée diffère d'un synesthète à l'autre.

Par exemple, un synesthète nombre-espace peut se représenter une année comme une juxtaposition de blocs de tailles et de couleurs différentes, formant un arc de cercle; tandis qu'un autre synesthète va percevoir une année sur une ligne plus ou moins courbée et plus ou moins distendue selon les mois...

Il en est de même pour les semaines, les heures, etc., ainsi que pour les suites de nombres en général.


Les régularités relatives aux représentations spatiales des nombres

Néanmoins, malgré ces variations observées entre les synesthètes numériques, il semble exister certaines constances, notamment en ce qui concerne les nombres. Voici les principaux points communs:

  • La carte mentale représente généralement une courbe continue.
  • Cette ligne continue est souvent comprimée pour les grands nombres.
  • La courbe des nombres se dessine le plus souvent de la gauche vers la droite.

La ligne continue des nombres perçue dans la synesthésie numérique présente certaines constances.

.


.


.


.

Par ailleurs, de telles représentations spatiales des nombres peuvent être de véritables supports pour effectuer des calculs arithmétiques. C'est par exemple le cas pour certaines personnes atteintes du syndrome savant, présentant des capacités exceptionnelles en calcul mental.



A lire également :