Accueil > Chroniques > Faits d'actualité en psychologie > Les dangers du binge drinking à l'adolescence

Mai 2016 (Mise à jour: Juin 2016)

Les dangers du binge drinking à l'adolescence


Le binge drinking (ou biture express) est une pratique particulièrement néfaste pour le cerveau des adolescents et des jeunes adultes.Le binge drinking chez les jeunes est une pratique relativement récente qui consiste à boire un maximum d'alcool en un minimum de temps. Ces bitures express se pratiquent généralement en groupe, dans un cadre festif.
Cependant, cette façon de s'alcooliser a de graves répercussions sur le cerveau encore immature de ces adolescents et jeunes adultes. En effet, le cerveau n'achève sa maturation que vers l'âge de 25 ans, ce qui rend les jeunes plus vulnérables aux effets toxiques de l'alcool, notamment lorsqu'il est absorbé rapidement et en grande quantité.


Le binge drinking est-il si répandu et comment se caractérise-t-il précisément?

Le binge drinking est aujourd'hui un phénomène très répandu et qui ne cesse de prendre de l'ampleur, au point qu'il commence à s'ancrer dans la société. Par exemple, en 2014, une enquête menée auprès des jeunes de 17 ans a révélé que, dans le mois précédant l'étude, 48,8% d'entre eux ont pratiqué au moins une fois le binge drinking, 21,8% au moins trois fois, et 3% au moins dix fois. Et ces chiffres sont d'autant plus inquiétants qu'ils sont en constante augmentation depuis 2005!
Aussi, afin de mieux définir ce phénomène, l'institut américain sur l'abus d'alcool et l'alcoolisme (NIAAA) a souhaité poser quelques critères du binge drinking. Ainsi, selon la NIAAA, pour être considéré comme binge drinker, l'alcoolémie de la personne doit atteindre au moins 0,8 gramme par litre en deux heures de consommation.


Et quelles sont les conséquences sur le cerveau des jeunes binge drinkers?

Le cerveau encore en construction des jeunes est plus vulnérable à une alcoolisation importante, surtout si celle-ci est rapide. Plus précisément, voici les dommages cérébraux causés par ces beuveries effrénées, chez les adolescents et les jeunes adultes:

  • La substance blanche est altérée: la substance blanche est une gaine de myéline qui entoure les prolongements neuronaux. Elle a pour but d'accélérer le transfert de l'information entre les neurones. De fait, sa dégradation ralentie le transfert d'informations entre les régions cérébrales. Concrètement, les capacités cognitives des binge drinkers diminuent.

  • La substance grise est appauvrie: certaines régions cérébrales subissent une perte importante de neurones. Par exemple, l'hippocampe (une zone cérébrale impliquée dans la formation des souvenirs) est particulièrement altérée, notamment chez les filles.

  • L'activité du noyau accubens est plus faible à l'âge adulte: cette structure profonde du cerveau appartient au circuit de récompense. Autrement dit, elle est impliquée dans le plaisir lié à la consommation d'alcool. Aussi, la diminution de son activité suggère qu'une fois devenus adultes, les binge drinkers ont besoin de boire plus d'alcool pour en retirer du plaisir. Or, ce phénomène favorise l'addiction. Par conséquent, la pratique de la biture express à l'adolescence augmente le risque de devenir alcoolique à l'âge adulte.

  • La connexion entre les neurones s'affaiblie: après une ivresse, les capacités d'apprentissage sont altérées, notamment en raison d'une dégradation de la connexion entre les neurones, au niveau de l'hippocampe (une zone cérébrale impliquée dans la mémorisation). En effet, l'éthanol perturbe le principal neurotransmetteur de l'hippocampe (le NMDA). Aussi, cette altération des connexions entre les neurones dure au moins cinq jours! Concrètement, les capacités d'apprentissage du binge drinker sont considérablement altérées durant cette période.

Enfin, si la consommation d'alcool à l'adolescence n'est pas une nouveauté, les effets d'une consommation intense et ponctuelle sont encore à l'étude. Aussi d'autres conséquences néfastes seront peut-être constatées dans les années à venir...


Inspiré des travaux de Fabien Gierski, d'Olivier Pierrefiche, de Mickael Naassila, de Benoit Silvestre de Ferron et de Hélène Lacaille.



A lire également :