Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Comment les adultes surdoués gèrent-ils leur potentiel ?


Comment les adultes surdoués gèrent-ils leur potentiel ?


Malgré leurs atouts, les adultes surdoués rencontrent parfois de grandes difficultés à s'adapter et s'intégrer dans leur milieu socio-professionnel.De nombreuses recherches ont été menées pour mieux comprendre le fonctionnement des enfants intellectuellement précoces. Mais que deviennent ces enfants une fois adultes? Difficile de le savoir car très peu d'études ont été réalisées sur ce sujet. Sans compter que tous ne savent pas forcément qu'ils ont un haut potentiel.

En somme, certains adultes surdoués réussissent dans la vie et se sentent épanouis, tandis que d'autres ont du mal à s'adapter et présentent des parcours de vie difficiles...


Quelles sont les caractéristiques des surdoués?

Tout d'abord, pour être considéré comme surdoué, il faut avoir un quotient intellectuel (QI) supérieur à 130 (la moyenne étant de 100). Or, seul 2,3% de la population atteint un tel score! En effet, la grande majorité (68,2%) présente un QI compris entre 85 et 115.
Mais ce score calculé à partir des performances obtenues à différentes épreuves n'est qu'un indice et ne permet pas d'expliquer précisément comment fonctionnent ces individus à haut potentiel. Heureusement, des analyses cérébrales, des questionnaires, des statistiques, etc... ont permis de mettre certaines caractéristiques en lumière:

  • Un cerveau hyperconnecté: le cerveau des surdoués adultes possède plus de connexions et de substance blanche. Ainsi, il traite plus d'informations, plus rapidement.

  • Une hypersensibilité émotionnelle: les adultes à haut potentiel sont particulièrement sensibles à tout ce qui les entoure. Ainsi, ils possèdent de grandes compétences émotionnelles, mais sont très réactifs. De fait, lorsqu'ils sont submergés par l'émotion, ils ont tendance à perdre leurs moyens et à ne pas se sentir à la hauteur.

  • Un sentiment de décalage: que ce soit en situation d'échec ou de réussite, les adultes surdoués se sentent souvent en décalage. En effet, soit ils sont en avance sur les autres car ils ont analysé la situation plus rapidement ; soit ils sont en retard car leur besoin d'analyse les a conduit à s'attarder sur un point particulier.

  • Un grand sens des valeurs: pour les adultes à haut potentiel, la confiance, la vérité et la justice sont des valeurs essentielles, pour lesquelles aucune concession n'est possible.

  • Une intuition prodigieuse: la rapidité d'analyse et la grande mémoire des surdoués leur permet de traiter et de comparer une très grande quantité de données, et ce de façon inconsciente. Cela leur confère une intuition géniale, une sorte de talent.

Les adultes surdoués parviennent-ils vraiment à exploiter leur haut potentiel?

Alors que certains mènent une vie passionnante, d'autres connaissent des périodes de difficultés. En fait, tout dépend du milieu affectif dans lequel ils ont grandi, mais aussi de l'environnement professionnel dans lequel ils évoluent.

Ainsi, si au cours de leur enfance l'estime de soi de ces petits surdoués n'a pas été dégradée, notamment à cause de leur singularité, ils deviennent généralement des adultes épanouis et engagés qui réussissent à mettre à profit leurs atouts, notamment dans leur vie sentimentale et professionnelle. Mais encore faut-il que l'environnement professionnel dans lequel ils évoluent leur permettent d'utiliser ce potentiel... En effet, ces personnes exceptionnelles sont parfois perçues comme menaçantes par certains supérieurs hiérarchiques qui risquent alors de les rejeter ou de les mettre au placard.

Quant aux enfants précoces ayant grandi dans un milieu affectif instable ou ayant échoué à l'école, ils risquent d'éprouver certaines difficultés à s'adapter dans la société une fois adulte. En effet, ils peuvent se sentir malmenés, perdus dans un monde qui fonctionne avec des codes différents des leurs. D'ailleurs, certains développent des pathologies associées telles qu'une dépression, de l'anxiété, des troubles de l'humeur, voire une schizophrénie.


Inspiré des travaux de Jeanne Siaud-Facchin, de Michel Habib et de Nicole Tetreault.



A lire également :