Accueil > Forum > Les articles des chroniques > Discussion sur: La personnalité évitante : un défaut d'estime de soi

Discussion sur:
La personnalité évitante : un défaut d'estime de soi


Cette discussion contient 24 messages.

Page : 1-2-3

avatar de dimoitou Inscrit le 14/08/2014
(2 posts)

Posté le 14/08/2014 à 09h55

J'avais une amie pour qui mon amour était intense. Je sentais bien son ambivalence: un discours ou elle me disait que je pourrais trouver mieux, qu'elle n'était pas si impliquée que cela dans la relation..et une attitude amoureuse voire dépendante.

je me suis dis que le temps passant elle allait prendre confiance et baisser la garde, cessez de tout saboter....

En effet, petit à petit, notre relation a gagné en sérénité , nous faisions même famille recomposée avec nos 4 enfants (2 chacun). Et boum, au moment ou on partait pour la première fois en vacances tous ensemble, elle a paniqué et  a tout envoyé balader (fuite). J'ai senti sa panique. Depuis, on s'est séparés, je l'aime encore, mais je reste sur une incompréhension puisqu'elle a évité toute discussion et en même temps je pense qu'il y avait un problème d'évitement /sabotage qui allait tot ou tard tout faire sauter. Je ne sais pas si vous voyez le dilemme...

avatar de delphine thomas Inscrit le 27/09/2012
(97 posts)

Posté le 14/08/2014 à 12h20

Bonjour,

Oui, je vois bien le dilemme... D'autant que si votre ex-amie évite toute discussion, la situation est effectivement compliquée et incompréhensible pour vous. Cela dit, si elle ne veut pas donner d'explication sur son attitude, c'est aussi peut-être parce qu'elle-même ne sait pas vraiment ce qui l'a poussé à agir de la sorte. Aussi, il est fort possible qu'elle soit très gênée vis-à-vis de vous et en particulier de ce qu'elle vous a fait subir.

Cependant, je ne veux pas prendre sa défense non plus. En effet, elle vous a fait énormément souffrir. En fait, ce que je veux dire, c'est que parfois, les personnes ayant un trouble de la personnalité peuvent avoir des moments d'angoisse et de grande panique, et alors, elles risquent de perdre le contrôle et de "déraper". Vous dîtes que vous avez senti sa panique...

Cela dit, cela ne justifie pas forcément non plus le fait qu'elle évite toute discussion. Dans ce cas, à part émettre des hypothèses sur les causes de son comportement, ça reste tout de même difficile d'y voir plus clair, malheureusement. 

avatar de dimoitou Inscrit le 14/08/2014
(2 posts)

Posté le 15/08/2014 à 00h13

merci Delphine Thomas pour ce point de vue.

Ce qui est déroutant avec ce genre de personnes c'est justement les revirements express: la veille elle me disait m'aimer et vouloir faire des projets avec moi. le lendemain que notre relation ne valait rien et le surlendemain elle avait peur que je la quitte!

Forcément cette instabilité introduit le doute, l'insécurité relationnelle donc la souffrance. A -t-elle cherché à créer ce qu'elle craignait?

je sais qu'elle a eu une mère dépressive toute son enfance et qu'elle avait peur terrible de l'abandon mais aussi de trop s'attacher ou s'investir affectivement. Mais dès lors que je me suis affirmé davantage et dit que ces revirements m'agaçaient elle s'est refermée. On a souvent besoin de comprendre juste et d'avoir en face de soi des attitudes cohérentes au discours. Je suis partagé aujourdh'ui entre compassion, incompréhension, soulagement et regrets car j'ai des sentiments pour elle. Etrange.compatible tout cela?  Mais ce qui est sur, c'est que l'amour vrai ne doit pas être cela ni souffrance je pense....

avatar de hoel Inscrit le 10/03/2015
(1 post)

Posté le 10/03/2015 à 22h22

Etant agé de 21 ans, je me pose quelque question sur ce que je dois faire. Enfant, j'ai eu comme Virginie, un manque d'affection de mes parents qui m'a énormément bloqué par la suite. Des parents pour qui je suis encore aujourd'hui un moins que rien. J'avais des amis mais au fil des ans ces liens se sont stoppé à cause de leur traïson. J'ai énormément souffert c''est donc pour cette raison que j'ai décidé d'éviter tout type de relation social jusqu'aujourd'hui. Cette décision m'a au départ soulagé mais maintenant elle me nuit enormément. ( je n'arrive plus à prendre contact avec les autres, ni à me faire des amis. Mon manque de confiance en moi et aux autres m'ont également conduit à des echecs professionnel qui ont été très douloureux. Je voudrais tant avoir une vie NORMAL. Je n'en peux plus. 

avatar de owl-alone Inscrit le 23/06/2015
(2 posts)

Posté le 23/06/2015 à 12h58

Bonjour,

Cela fait un moment, depuis l'enfance que j'ai ce problème, seulement je l'ai diagnosticé par moi même il y'a peu de temps, au début je pensais être schizoïde ou avoir le syndrôme d'Asperger, que nenni, je suis tombée sur beaucoup d'articles et de test sur cette personnalité, et ça me correspond à 98%... En effet étant jeune (depuis la maternelle) j'ai toujours été à part des autres, dans ma bulle, ma mère m'avait emmené voir une pédopsychiatre qui avait juste décelé un manque de maturité... Grosse erreur.

En grandissant et ce à l'époque du collège ou lycée j'ai toujours eu peu d'amis, et le peu que j'avais m'ont toujours lâchés du jour au lendemain, créant ainsi une perte de confiance en moi, incappable de surmonter le moindre échec, du coup je me suis renfermée petit à petit. J'ai pas eu une vie remplie d'amour, mes parents étant divorcés m'ont toujours comparée aux autres enfants "eux sont mieux, regarde ils ont des amis", j'avais trop de poids sur mes épaules et personne pour me comprendre.

Ma famille et mes proches m'ont souvent dit que j'étais timide/effacée, hors c'est tout l'inverse, j'évite les relations parce que je sais qu'elles seront un échecs, de ce fait je communique surtout sur le net, j'aimerais pouvoir aller vers les autres, être plus dynamique, mais je fuis, tout le temps. Je peux me réveiller un matin après avoir imaginé ma vie parfaite (popularité, changement physique) en me disant "c'est aujourd'hui ou jamais il faut que je change" et bien souvent je ne fais rien.

C'est un cercle vicieux, j'ai des centres d'intérêts, seulement je me lasse vite, plus rien ne me plaît. Même en écrivant en ce moment je ne sais pas quel mots employer. J'ai 25 ans et je vois ma vie passée sous mes yeux en étant une simple spéctatrice, je mens sur des petits détails comme sur mon passé pour me rendre intéressantes aux yeux des autres, j'essaye d'être une autre personne en vain.

Au niveau vie, je n'ai pas de boulot, et si j'en trouve un je n'ai pas envie d'être en groupe, quitte à faire un boulot sous-payé, le permis je l'ai loupé 3 fois, je savais que je l'aurais pas, j'ai essayé de penser l'inverse mais je n'ai pas voulut m'infliger du mal en cas d'échec, je pense que j'ai eu raison au final.

En amour, je n'ai pas peur d'être intime, enfin je pense, depuis peu j'ai un nouveau copain et je sais qu'avant moi il a eu beaucoup de filles, j'ai peur de ne pas être à la hauteur. En réalité, quand je trouve quelqu'un je le rejette au début par peur de l'abandon, mais quand cette personne sait trouver les mots pour me donner ne serait-ce que 10% de confiance je baisse la garde. Je commence à me confier, à parler de trop comme pour soulager mon coeur et ça les fait fuir, pendant un moment, ils reviennent vers moi parce que j'intrigue...  à ce moment là j'essaye de changer (moins bavarde, plus distante) et quand je vois que je n'y arrive pas je pose un ultimatum ou en propose inconsciemment pour prendre les devants même si cette personne ne veut pas me quitter.

Merci de m'avoir lue.

J'aimerais communiquer avec des gens atteint de ce troubles aussi.

avatar de delphine thomas Inscrit le 27/09/2012
(97 posts)

Posté le 23/06/2015 à 21h55

Bonjour et bienvenue au forum owl-alon et hoel (désolée, je n'avais pas vu votre message).

Merci pour vos témoignages très clairs. Ils illustrent très bien le mal-être que les personnes souffrant d'une personnalité évitante ressentent. Ce manque de confiance en vous que vous soulignez tous les deux est effectivement la source principale de tous vos blocages dans les relations sociales.

Pourtant, à vous lire, vous semblez avoir des choses intéressantes à dire. En outre, vous vous exprimez très clairement. Il est évident que vos pensées, vos points de vue, vos idées, vos centres d'intérêt, etc... soient succeptibles d'intéresser de nombreuses personnes, que ce soit au plan affectif ou professionnnel. D'ailleurs, owl-alone, vous dites que vous communiquez surtout sur le net, et je suis sûre que les gens échangent volontiers avec vous. C'est bien la preuve que ce que vous avez à dire, et plus généralement ce que vous êtes dans le fond, a de la valeur.

Merci encore pour vos interventions 

avatar de owl-alone Inscrit le 23/06/2015
(2 posts)

Posté le 23/06/2015 à 23h03

Bonsoir,

Merci de m'avoir répondu, oui ils échangent volontiers avec moi, mais ça ne dure qu'un temps, soit je les ennuient, soit je fuis une fois que ma réponse est obtenue... Là ce n'est pas le cas, car j'ai enfin réussi à trouver un forum ou beaucoup de posts d'internautes me correspondent.

avatar de roxellus Inscrit le 10/04/2018
(1 post)

Posté le 10/04/2018 à 12h09

Bonjour,

Je suis atteint du trouble de personnalité évitante. Existe t il des groupes de parole pour échanger et trouver des pistes pour sortir de ce cercle vicieux ?

Merci



Page : 1-2-3


Participez à la discussion !