Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > La psychologie du génie

Janvier 2015 (Mise à jour: Février 2015)

La psychologie du génie


Don, talent, intelligence exceptionnelle, créativité hors du commun...: il est bien difficile de définir le génie. En effet, les génies fascinent, notamment par leur capacité à changer le cours de l'histoire. Néanmoins, leurs dispositions intellectuelles particulières, qui se manifestent dans des champs très différents (la science, l'art, le domaine militaire, la politique, etc....), restent difficile à déterminer.
A vrai dire, le génie semble surtout se caractériser par une curiosité, par un sens de l'exploration et de sélection d'idées fécondes particulièrement développés, mais aussi par une démarche intellectuelle singulière.


En quoi consiste cette démarche mentale et cet esprit d'exploration si particuliers?

Il semble que la pensée créative des génies qui les mène à des découvertes importantes se déroule en plusieurs étapes: tout d'abord, ils testent des idées qui le plus souvent mènent à l’échec ; alors, ils reviennent sur leurs pas et modifient leurs idées en fonction du résultat obtenu ; et ce, jusqu'à ce qu'ils obtiennent un succès ; et c'est finalement de cette manière qu'ils parviennent à progresser. Cette démarche mentale est appelée le processus de variation aveugle et de rétention sélective.
Ainsi, cette tendance à s'aventurer dans des territoires inconnus et à revenir sur ses pas est une caractéristique commune au génie créatif. En effet, Einstein, Picasso, Newton, Beethoven... et tous les génies en général reconnaissent, qu'au cours d'un épisode créatif, ils ont dû se résoudre à reprendre leur démarche à un stade antérieur, après s'être engagé dans une voie sans issue, pour finalement découvrir une voie royale.

Par ailleurs, si les génies consacrent beaucoup de temps à maîtriser leur technique, ils témoignent également d'une grande ouverture d'esprit et de nombreux centres d'intérêt dans des domaines très variés.


Si les génies pensent différemment, le fonctionnement de leur cerveau serait donc également différent?

Les études récentes réalisées sur ce sujet montrent, qu'effectivement, le cerveau des génies se distingue des autres par plusieurs caractéristiques:

  • Le développement du cerveau: alors que le cortex des personnes d'intelligence normale ou élevée s'amincie progressivement entre 7 et 19 ans, celui des individus possédant une intelligence très supérieure présente un profil différent. En effet, il se révèle d'abord beaucoup plus mince que les autres enfants, puis entre 7 et 11 ans, il s'épaissi rapidement, pour ensuite s'amincir comme les autres, mais à une vitesse plus élevée.

  • Les génies présentent un fonctionnement différent de leur cerveau au niveau du faisceau arqué qui fait le lien entre le lobe pariétal et le lobe frontal.Les voies de communication entre les différentes parties du cerveau: les réseaux de neurones assurant la communication entre le cortex frontal est le cortex pariétal sont renforcés chez les surdoués.
    Plus précisément, ces réseaux de neurones qui relient l'avant et l'arrière du cerveau sont des faisceaux de substance blanche, que l'on appelle le faisceau arqué. Ainsi, la densité de fibres dans le faisceau arqué semble effectivement corréler avec le score de quotient intellectuel (le QI).

  • L'activité du cerveau au repos (ou réseau du mode par défaut): lorsque les personnes à haut potentiel sont au repos, la connectivité de leur cerveau s'avère également différente. En effet, leur cerveau présente une plus forte connectivité dans le lobe frontal et entre les lobes frontaux et pariétaux.

Ces particularités de l'activité cérébrale observées chez les génies restent encore inexpliquées. Aussi, cette part de mystère contribue certainement à alimenter une certaine fascination par le potentiel inouï de créativité et d’innovation de ces personnes.


Inspiré des travaux de Donald Campbell, de Jay Giedd, de Michel Habib et de de Jessica Tsang.



A lire également :