Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par A > La définition de affect


La définition de Affect


L'affect désigne l'expression émotionnelle, éventuellement réprimée ou déplacée, des conflits internes d'un individu.


L'affect selon Freud

L'affect suppose donc une intrication des concepts d'affect, de pulsion et d'angoisse. La notion d'affect est contemporaine de la naissance même de la psychanalyse, puisque Sigmund Freud opère sa première classification des névroses selon la façon dont une personne se comporte au regard de ses affects. Il écrit à Wilhelm Fliess, en 1894, (Naissance de la psychanalyse): « J'ai maintenant des névroses une vue d'ensemble et une conception générale. Je connais trois mécanismes: la conversion des affects (hystérie de conversion) ; le déplacement de l'affect (obsessions) ; la transformation de l'affect (névrose d'angoisse, mélancolie). »
Dans ce premier repérage, on constate que, pour Freud, la pulsion sexuelle se manifeste par un affect: l'angoisse. Cette angoisse se transforme donc de trois façons:

  • En formant un symptôme hystérique (une paralysie, des vertiges) vécu comme une atteinte organique mais sans angoisse.
  • En se déplaçant sur un autre objet (par exemple, la crainte obsédante de la mort d'une personne aimée).
  • En se convertissant en une réaction corporelle immédiate et catastrophique (une crise d'angoisse, des cauchemars).

Cette première conception est en relation avec la façon de diriger la cure à cette époque. En effet, dès 1894, dans Études sur l'hystérie, la cure se fait soit par l'hypnose, soit par la parole, et par le biais de l'abréaction ou du retour du refoulé consistant à ramener dans le conscient les traces mnésiques, les souvenirs et les affects trop violents ou condamnables, pour obtenir la levée du symptôme hystérique.
Tous ces concepts sont repris par Freud en 1915, dans Métapsychologie. Ainsi, dans son article L'inconscient (1915), il définit l'affect de cette façon: « Les affects et les sentiments correspondent à des processus de décharge dont les manifestations finales sont perçues comme des sensations. » De plus, il rend le refoulement responsable de « l'inhibition de la transformation d'une notion pulsionnelle en affect », laissant ainsi la personne prisonnière de ces éléments pathogènes inconscients.
Cependant, si l'approche intuitive de l'affect décrit l'état actuel de nos sentiments, c'est également par lui que Freud expose son concept de la pulsion, puisque, dit-il, « si la pulsion n'apparaissait pas sous forme d'affect, nous ne pourrions rien savoir d'elle ».
C'est le deuxième volet de l'affect dans son aspect quantitatif. En effet, par le biais du facteur quantitatif de cet affect refoulé, Freud rend compte du destin de nos pulsions qu'il dit être de trois types:

  • Soit l'affect subsiste tel quel.
  • Soit il subit une transformation en un quantum d'affect, qualitativement différent, principalement en angoisse.
  • Soit l'affect est réprimé, c'est-à-dire que son développement est franchement entravé.

Freud reconnaît qu'une pulsion ne peut devenir un objet de la conscience. Ce qui nous en donne une idée, c'est la représentation, qui elle est bien consciente, des avatars de ladite pulsion. De même, le destin de nos investissements pulsionnels ne saurait nous être totalement inconscient, puisque la pulsion est soit partiellement satisfaite, soit satisfaite, avec les manifestations affectives que cela entraîne.


L'affect selon Lacan

L'apport de Jacques Lacan, en ce qui concerne l'affect, consiste essentiellement à avoir expliqué de façon plus précise la constitution du désir d'un individu. Pour lui, « l'affect qui nous sollicite consiste toujours à faire surgir ce que le désir d'un sujet comporte comme conséquence universelle, c'est-à-dire l'angoisse » (Leçon du 14 novembre 1962). Pour Lacan, que l'affect soit une manifestation pulsionnelle n'implique pas qu'il soit l'être donné dans son immédiateté, ni que ce soit non plus le sujet sous une forme brute.
Nous retrouvons toujours l'affect converti, déplacé, inversé, métabolisé, voire fou. Il est toujours à la dérive. L'affect, tout comme la pulsion, n'est pas refoulé. Cependant, tout comme dans la pulsion, ce qui de l'affect est refoulé, ce sont, dit Lacan, « les signifiants qui l'amarrent ». Pour lui, l'affect est toujours lié à ce qui nous constitue comme individu désirant, dans notre relation: à l'autre notre semblable ; à l'Autre, comme lieu du signifiant, donc de la représentation ; à l'objet cause de notre désir, l'objet a.
La névrose traumatique peut nous aider à l'illustrer cela. Dans cette névrose, ce qui est refoulé et qui est transformé en angoisse, c'est un affect qui s'est produit pour une personne quand celle-ci a été confrontée, dans la réalité, à l'imminence de sa mort. La gravité de cette névrose est d'autant plus patente que le quantum d'affect refoulé a été plus important. Ce qui a été actualisé dans cette névrose, c'est un traumatisme dont le prototype archaïque est celui de la naissance. Ce trauma remet en question l'existence même de la personne, et ce, comme dans le temps premier de radicale dépendance à la mère. La mère, cet objet primordial, dont la présence et l'absence font naître chez l'enfant tous les affects, de la satisfaction à l'angoisse. La mère, dispensatrice, à son insu, de la proche inscription et de sa relation au besoin, à la demande et au désir. Nous sommes, dans ce qui nous affecte, en tant que sujet, toujours totalement dépendant de ce désir qui nous lie à l'Autre, et qui nous oblige à n'être qu'en cet objet toujours méconnu et manquant.


Autres termes psychologiques :