Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par S > La définition de sexuel


La définition de Sexuel



Le comportement sexuel

Le comportement sexuel désigne l'ensemble des actes qui permettent le rapprochement de deux partenaires et leur accouplement. Toutefois, il ne se réduit pas à la copulation. En effet, l'accouplement est précédé de préliminaires (recherche du partenaire, cour, jeux, contacts et stimulations réciproques). Il consiste en une intromission du pénis dans le vagin, suivie de mouvements copulatoires et d'éjaculation. William Masters et Virginia Johnson y distinguent quatre phases chez l'être humain:

  • l'excitation,
  • le plateau,
  • l'orgasme,
  • la résolution.

Chez le partenaire masculin, cette dernière phase comprend une période réfractaire de durée variable qui rend momentanément impossible le passage à des niveaux d'excitation sexuelle plus élevés.


Les facteurs impliqués dans le comportement sexuel

Le comportement sexuel est régi par des facteurs internes et externes, intégrés au cours du développement et lors de l'actualisation des comportements par le système nerveux central.
Parmi les facteurs internes, les hormones sexuelles jouent un rôle déterminant. Les hormones mâles interviennent dans la différenciation sexuelle des gonades, du tractus génital et du système nerveux. En leur absence à des étapes critiques du développement, ces structures cibles évoluent dans le sens femelle. Ce rôle organisateur initial est primordial. En effet, il conditionne la morphologie de l'individu (présence d'organes génitaux mâles ou femelles) mais aussi sa physiologie (nature et rythme des sécrétions hypothalamo-hypophysaires) et, par voie de conséquence, se trouve déterminé quand cela a un sens, comme dans l'espèce humaine, le sexe éducatif. Chez l'adulte, les hormones mâles et femelles jouent un rôle activateur enlevant la réactivité des structures nerveuses qui contrôlent l'expression des comportements. Ces effets activateurs varient considérablement selon le niveau évolutif des espèces concernées. Ainsi, alors qu'ils sont nets chez les mammifères inférieurs, ils s'avèrent beaucoup moins marqués chez les primates et chez l'être humain.
Parmi les facteurs externes, les messages sensoriels, issus du milieu ou du partenaire, assurent une double fonction. D'une part, ils élèvent la réactivité générale de l'organisme et déclenchent, dans certains cas, la sécrétion des gonadolibérines hypothalamiques. D'autre part, ils orientent les comportements vers des objectifs spécifiques. C'est le cas des stimulus d'appel et d'identification ou des stimulus émis au cours de l'accouplement par chaque partenaire et qui servent à synchroniser leurs comportements respectifs.


Le modelage des comportements sexuels

Tous les étages du système nerveux, de la moelle au télencéphale, participent au contrôle des comportements sexuels, mais spécialement l'hypothalamus. Sensible aux hormones sexuelles, recevant des informations du mésencéphale, du système limbique et du cortex préfrontal, il est un centre d'intégration des messages hormonaux et sensoriels. Sur le versant efférent, les gonadolibérines qu'il sécrète contrôlent, par l'intermédiaire de l'hypophyse antérieure, l'activité endocrine des gonades. Il peut aussi déclencher par voie nerveuse des segments de comportement sexuel tels que l'érection ou l'éjaculation. Toutefois, chez les mammifères supérieurs, les régulations hypothalamiques sont de plus en plus subordonnées aux structures télencéphaliques qui, en se développant, permettent aux apprentissages, à la mémoire et aux fonctions d'anticipation de jouer un rôle croissant.
Par ailleurs, chez les primates, le comportement sexuel est très fortement modelé par l'éducation et par la culture. En effet, élevé sans contacts avec des adultes, un chimpanzé ne saura pas copuler. Chez l'Homme, les rôles sexuels assumés par un individu dépendront du sexe dans lequel il a été éduqué, même si celui-ci ne correspond pas à son sexe gonadique.


Autres termes psychologiques :