Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par I > La définition de intonation


La définition de Intonation


L'intonation correspond aux variations de la hauteur de la voix qui, dans la production courante des langues à intonation (par exemple, les langues européennes), affectent des séquences au moins égales à la taille du mot et sont utilisées conventionnellement pour convoyer des significations.
Ces variations suprasegmentales ont longtemps été considérées comme secondaires par rapport à la structuration segmentale (phonétique, lexicale, morpho-syntaxique) des phrases. Aujourd'hui, on reconnaît que l'intonation, dans les conditions normales d'écoute de la parole, apporte des informations indispensables à la segmentation, à l'intégration perceptive et à l'interprétation linguistique des signaux vocaux.


L'intonation en linguistique

Pour se représenter et analyser l'intonation, on privilégie l'évolution de la fréquence fondamentale (F0). Extraite des portions voisées du signal de parole, F0 a pour correspondant articulatoire les modifications, dans le temps, de la cadence de vibration des cordes vocales du locuteur.
Les recherches de psycho-acoustique ont montré que ce paramètre, lié aux variations de la durée et de l'intensité des parties voisées du signal, concourt à la perception d'une configuration tonale cinétique et/ou statique. Un contour est perçu comme un mouvement (montant, monotone, descendant) ou une suite de mouvements de hauteur. Une mélodie est formée d'une séquence de niveaux de hauteur (haut, moyen, bas).
Dans les conditions normales de production de la langue, les formes des courbes de la fréquence fondamentale dépendent de multiples facteurs. Elles sont éminemment variables d'un locuteur à l'autre, et, pour un même locuteur, d'un contexte d'émission à l'autre. Certaines configurations informent l'auditeur sur la personne du partenaire (âge, sexe), sur son état physiologique ou émotionnel (joie, colère, tristesse). D'autres résultent du registre de langue utilisé (style formel ou familier), ou bien de l'attitude du locuteur à l'égard de ce qu'il dit (ton sarcastique, indigné, condescendant).
Les théories linguistiques abordent l'intonation dans des perspectives diverses:

  • Les modèles de la phonologie métrique mettent l'accent sur la distinction et les rapports du profil mélodique et du texte. Ils visent à représenter la structure interne du composant prosodique (incluant le rythme, la distribution des pauses et des accents) dans ses relations avec le composant syntaxique de la langue.

  • Les modèles sémantiques et pragmatiques mettent l'accent sur les rapports entre les contours, les significations qu'ils convoient et les conditions de leur utilisation. Ils visent à dégager les caractères communs aux membres d'une même famille de contours ou les variations systématiques du même contour dans ses différents contextes d'emploi (par exemple, le contour d'appel, l'intonation d'information nouvelle, les modulations indiquant la position du locuteur vis-à-vis du contenu propositionnel de son énoncé).

L'intonation au plan développemental

L'intonation joue un rôle considérable dans le développement de la communication et l'acquisition de la langue maternelle. Sa fonction sociale est attestée dès la naissance. En effet, le nouveau-né reconnaît la voix de sa mère si, et seulement si, elle produit des séquences de parole normalement intonées. Les adultes s'adressant verbalement à un nourrisson utilisent un registre très particulier, qualifié de motherese, qui se caractérise par:

  • une élévation systématique de la fréquence fondamentale,
  • une dramatisation des contours,
  • un ralentissement du débit,
  • une simplification du rythme des émissions.

On admet que ce registre, qui s'ajuste progressivement aux acquisitions du nourrisson, permet d'attirer l'attention du bébé sur le contenu, phonétique puis lexical, des productions, d'en faciliter la mémorisation, et d'aider au découpage et à la contextualisation du message. À 4 mois, les enfants préfèrent écouter un adulte utilisant le motherese plutôt qu'un registre de discours adressé à un autre adulte. Les patterns intonatifs accompagnant les productions de jargon émises à partir de 14 mois permettent à des adultes non familiers d'identifier les intentions communicatives de l'enfant.


Autres termes psychologiques :