Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par D > La définition de darwin


La définition de Darwin


Charles Robert Darwin, naturaliste (1809-1882).Charles Robert Darwin est un naturaliste britannique. Il est né à Shrewbury, en 1809. Il est mort à Down, en 1882.


Le parcours de Darwin

Darwin est issu d'une famille comprenant de nombreux scientifiques éminents. Il décide d'entreprendre des études de théologie mais n'entre pas dans les ordres.
En 1831, il est engagé comme naturaliste à bord d'un navire scientifique (le Beagle). Ainsi, au cours d'un périple autour du monde, il aurait été frappé par l'extrême variabilité des espèces, par l'existence d'animaux endémiques et de variations adaptatives.
Après plusieurs années de réflexions et divers travaux scientifiques, il publie en 1859 son ouvrage fondamental, L'origine des espèces, dans lequel il expose ses idées transformistes, rompant avec la tradition fixiste ou créationniste en vigueur à cette époque.


La théorie de Darwin

Darwin donne une explication causale à l'évolution. Plus précisément, il reprend les idées de Malthus sur le taux élevé de croissance des populations comparé aux ressources disponibles. Aussi, il postule que seuls les plus aptes survivent au cours de la lutte pour l'existence et se reproduisent: c'est sa théorie de la sélection naturelle. En outre, selon lui, les mâles sortant le plus souvent vainqueurs de la compétition pour la possession des femelles transmettent leurs attributs à une descendance plus nombreuse que celle de leurs rivaux: c'est la sélection sexuelle.
Dans des ouvrages ultérieurs (La filiation de l'Homme et la sélection liée au sexe, en 1871, et L'expression des émotions chez l'homme et les animaux, en 1872), Darwin, admettant l'origine animale de l'homme, soutient que la société et les valeurs morales sur lesquelles elle est fondée, les émotions et même l'esprit humain sont le fruit de l'évolution et de la sélection naturelle. Selon lui, les différences entre le comportement des animaux supérieurs et les conduites humaines ne sont que quantitatives et non qualitatives. Aussi, il établit des comparaisons entre les expressions et mimiques de l'homme et des animaux ainsi qu'entre celles d'hommes de diverses cultures, où il retrouve des points communs. Il fonde également l'étude du comportement des plantes, qu'il décrit dans plusieurs ouvrages, tel La faculté motrice dans les plantes (1880).


Autres termes psychologiques :