Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par A > La définition de abandonnisme


La définition de Abandonnisme


L'abandonnisme correspond au sentiment et à l'état d’insécurité permanente, lié à la crainte irrationnelle d’être abandonné par ses parents ou ses proches, et ce, sans rapport avec une situation réelle d’abandon.


L'enfance du patient

Il n'est pas rare de trouver dans l’histoire infantile du patient des épisodes d’abandon réel ou de deuil, de rejet par les parents (lié à des conflits conjugaux ou à un divorce). Cependant, de nombreux enfants orphelins, ou séparés très jeunes de leurs parents, ne deviennent pas forcément des abandonniques. Néanmoins, il existe chez eux une prédisposition ou des interactions parentales pathogènes très précoces qui en ont fait des individus hypersensibles, anxieux, instables et fragiles sur le plan émotionnel, et réagissant en général fort mal à toute forme de frustration.


Un replis sur soi et une tendance agressive

Il y a chez eux une souffrance de déréliction, un repli sur soi, une autodévalorisation, des tendances à régresser vers des positions infantiles, et en même temps à continuellement agresser autrui, dans une sorte de comportement réactionnel impulsif. Selon Faure, le problème psychoaffectif est chez eux « de l’ordre d’une frustration imaginairement ressentie ou redoutée et inacceptable, comme dans l’attente d’un abandon toujours virtuellement possible (mais dont la réalisation concrète, si par accident elle advient, s’avère sans influence sur ce sentiment ou même, paradoxalement, l’atténue, dans la mesure sans doute où l’expérience de la réalité vient alors se substituer à l’attente imaginaire) ».


La névrose d'abandon

Les psychanalystes Charles Odier et Germaine Guex ont tenté d’isoler une entité nosologique, appelée la névrose d’abandon. Celle-ci serait caractérisée par cet abandonnisme développé chez l’enfant à partir d’un fond d’avidité affective insatiable (plus constitutionnelle que conflictuelle) et par une association d'angoisse, d’agressivité réactionnelle, de non-valorisation de soi (non aimé parce que non aimable) avec risque de passages à l’acte suicidaires.
Guex distinguait deux types : le négatif-agressif passant facilement à l’acte, et le positif-aimant de pronostic plus favorable. Cependant, l’isolement de cette névrose a été contesté tant sur le plan structurel que sur le plan clinique. Il n’en reste pas moins que le caractère abandonnique existe comme un mode de réaction assez spécifique de certaines personnalités fragiles catégorisées par certains comme états limites, et par d’autres comme psychonévroses narcissiques.


Le traitement approprié

La psychothérapie peut les aider, mais la psychanalyse est généralement inopérante et même déconseillée.


Autres termes psychologiques :