Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par P > La définition de piéron


La définition de Piéron


Henri Piéron, psychologue et psychophysiologiste (1881-1964).Henri Piéron est un psychologue et un psychophysiologiste français. Il est né à Paris, en 1881. Il est mort en 1964. Piéron est le principal fondateur de la psychologie scientifique en France.


Le parcours de Piéron

D'abord agrégé de philosophie, Piéron étudie la biologie et la physiologie et soutient une thèse de doctorat ès sciences naturelles sur le problème physiologique du sommeil. Tout au long de sa carrière, ses intérêts ont été très variés.
Initié à la psychologie expérimentale par Alfred Binet, il travaille ensuite avec Édouard Toulouse à l'asile de Villejuif, où il a mis au point de nombreuses méthodes pour analyser la diversité des aptitudes physiques et intellectuelles. En 1912, Piéron succède à Binet à la direction du laboratoire de l'École pratique des hautes études et crée en 1928 l'Institut de psychologie de l'université de Paris. En 1923, il est élu au Collège de France dans une chaire de physiologie des sensations. Les cours qu'il y a professés sont condensés dans son ouvrage La sensation, guide de vie. Aussi, son intérêt pour la psychologie appliquée le conduira à créer, en 1928, l'Institut national d'orientation professionnelle, à développer la docimologie et plus tard à entamer la publication d'un traité de psychologie appliquée.
L'œuvre scientifique de Piéron est impressionnante par son étendue et sa diversité. Il fut un précurseur dans de nombreux domaines, mais aussi l'artisan inlassable de la psychologie scientifique, qu'il parvint à établir sur des bases institutionnelles solides.


Piéron et la psychologie scientifique

Avant John Watson, Piéron a proposé, en 1907, que la psychologie scientifique ait pour objet l'étude du comportement et, contrairement à Watson, il n'y néglige ni la physiologie ni le langage. Avec lui, la psychologie scientifique fondée par Wilhelm Wundt et Théodule Ribot cesse d'être la science des phénomènes de conscience. Il la rattache à la physique et lui attribue comme fondateur Hermann Helmholtz. Tant ses recherches que ses conceptions théoriques le portent vers des études comparatives chez les animaux et chez l'être humain et sur l'analyse des mécanismes physiologiques sous-jacents aux conduites observées. Certains de ses très nombreux articles sont réunis dans un ouvrage paru en 1958 (De l'actinie à l'homme).


Piéron et la psychologie différentielle

Piéron s'est intéressé très tôt à la psychologie différentielle. Dans un ouvrage de 1904, Technique de psychologie expérimentale, il propose des méthodes de mesure très précisément définies et ayant pour objectif de classer les individus afin de les orienter vers des fonctions correspondant à leurs aptitudes.
Dans de nombreux articles ultérieurs et dans son ouvrage La psychologie différentielle (1949), Piéron défend l'idée que les individus diffèrent quant à des aptitudes nombreuses à fondements génétiques, que l'éducation transforme en capacités. Ces aptitudes doivent faire l'objet d'une analyse fine, sans référence à un facteur général. En effet, pour Piéron, les différentes aptitudes d'un même individu atteignent des niveaux de développement très différents. Une tâche pratique importante du psychologue consiste à détecter les aptitudes les plus développées en chacun afin de lui donner le conseil d'orientation le mieux fondé. Aussi, avec la collaboration de sa femme, Piéron a créé de nombreux tests dans cette perspective.


Autres termes psychologiques :