Accueil > Histoire > Cognitivisme: La récupération des informations en mémoire

Auteur :


La récupération des informations en mémoire


L'un des principaux axes de recherche en psychologie cognitive est l'étude de la mémoire. Plus précisément, trois étapes de mémorisation sont explorées:

  • l'encodage
  • le stockage
  • la récupération

En ce qui concerne l'encodage et le stockage, le modèle des trois mémoires d'Atkinson et Shiffrin est le modèle de prédilection décrivant de façon détaillée les différents processus mis en œuvre au cours de ces deux étapes de mémorisation.
En ce qui concerne la récupération de l'information stockée en mémoire, ce modèle tente d'expliquer l'effet de position sérielle. Ce phénomène survient, par exemple, lorsque l'on présente un groupe de personnes à un individu: celui-ci a tendance à se rappeler des premières (effet de primauté) et des dernières personnes (effet de récence) qu'on lui a présentées et à oublier les autres noms.


Comment expliquer ce phénomène?

Quelques hypothèses et explications de l'effet de primauté et de l'effet de récence sont développées à partir du modèle des trois mémoires. Aussi, l'hypothèse explicative la plus cohérente est la suivante:

La courbe de l'effet de position sérielle montre que les premiers et les derniers éléments sont mieux rappelés que les éléments positionnés au milieu d'une liste.L'effet de primauté s'expliquerait par le fait qu'au début, le nombre d'éléments à emmagasiner étant encore faible, le passage des informations de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme se fait facilement.

Puis, à mesure que le nombre d'informations à mémoriser augmente, la mémoire à court terme commence à subir quelques encombrements. Il s'ensuit que plusieurs éléments vont sortir de la mémoire à court terme sans être intégrés en mémoire à long terme. Ces informations vont donc être oubliées.

Quant aux derniers éléments, ils ont encore en mémoire à court terme lors du rappel et sont donc facilement récupérés, ce qui explique l'effet de récence.

Bien que cette explication soit cohérente, un phénomène vient pourtant l'invalider...


Remise en cause de l'explication de l'effet de position sérielle

Dans certaines conditions, l'effet de récence s'opère même lorsque théoriquement (selon le modèle des trois mémoires), il ne devrait pas se produire.
En effet, dans certains cas, même après un temps estimé suffisamment long pour que la mémoire à court terme soit théoriquement "vidée", la rétention des dernières informations reste plus élevée que celle des éléments présentés au milieu. La courbe de position sérielle obtenue est donc similaire à celle présentée ci-dessus, alors que l'effet de récence attendu devrait être moindre.

Ce phénomène curieux qu'est l'effet de position sérielle reste donc, en partie, un des mystères de la mémoire.



A lire également :