Accueil > Histoire > Les textes classiques publiés dans: La revue des revues > Un laboratoire de psychologie à Paris

Partie : 1 - 2 - 3

Un laboratoire de psychologie à Paris - Partie 2

(La revue des revues

En , par



II

Le laboratoire de psychologie-physiologique de Paris a été créé par une décision ministérielle du 29 janvier 1889, à la suite de la proposition de M. L. Liard, directeur de l'enseignement supérieur; il a été rattaché à l'Ecole des Hautes-Etudes, section des sciences naturelles. Le premier directeur fut M. H. Beaunis, professeur de physiologie à la Faculté de médecine de Nancy, connu par ses travaux de psychologie-physiologique.

Aujourd'hui le laboratoire occupe 4 pièces au troisième étage de la Nouvelle-Sorbonne, le coin formé par la rue Saint-Jacques et la rue des Ecoles. La plus grande chambre est réservée aux démonstrations et aux expériences faites en commun; une seconde pièce sert de cabinet au directeur et aussi aux recherches spéciales, délicates; dans cette pièce se trouvent les accessoires et la plupart des appareils; des vitrines spéciales renferment les appareils délicats. La troisième pièce est réservée à la bibliothèque et aux appareils difficiles à transporter, de même qu'aux préparations macroscopiques et microscopiques et aux analyses chimiques. Enfin la quatrième pièce est exclusivement réservée au maître des conférences.

Le Laboratoire possède en outre un cabinet noir et une cuisine pourvue d'un fourneau, utilisée pour les expériences de chimie; des armoires renferment la verrerie et les outils nécessaires: la cuisine sert en même temps de chambre de débarras.

Le budget du Laboratoire est malheureusement trop modeste; au commencement il était fixé à 500 francs par an, et en 1893, il a été élevé à 800 francs, aujourd'hui il est de 1400.

Une expérience avec le sphygmomanomètre de Mosso, appareil destiné à inscrire et mesurer la pression du sang. — Le sujet qui est en expérience est en train de faire un calcul mental ; M. Binet, qui dirige l'expérience, surveille la plume du tambour qui enregistre les oscillations d'une colonne de mercure dues aux changements de la pression du sang provoqués par le calcul mental.

Comme appareils, le Laboratoire possède l'outillage nécessaire à toutes les recherches psychologiques: des appareils enregistreurs; des appareils de psychométrie; des appareils d'électricité, comme par exemple des contacts électro-magnétiques, des interrupteurs, des commutateurs, l'appareil à chariot de Dubois-Raymond, etc.; les appareils nécessaires à l'étude des sensations, à l'étude de la mémoire; des dynamomètres, des instruments d'anthropométrie, etc. Pour compléter la liste, il faut ajouter un certain nombre d'appareils spéciaux et les ustensiles chimiques.

La bibliothèque du Laboratoire contient la plupart des périodiques de psychologie, de même que les collections des principales revues et des principaux ouvrages psychologiques. Cette bibliothèque n'est pas étendue, mais elle a des matériaux suffisants pour se tenir au courant du mouvement psychologique, et surtout pour instruire un commençant.

Une expérience sur l'influence du travail intellectuel sur la pression du sang. — On est en train d'étudier la pression du sang chez une jeune fillette debout. — On sait, du reste, combien cette question tourmente les savants, psychophysiologistes.Ce qu'il y a d'intéressant au Laboratoire, ce sont surtout ses collections de tracés: les tracés du temps de réaction, puis ceux concernant la circulation capillaire, de même que les planches se rapportant à l'audition colorée, les tableaux des spécimens d'écriture avec la plume électrique, etc., tous sont des documents scientifiques, qu'il serait difficile de trouver ailleurs. Les savants qui ont passé par le Laboratoire, et ils sont nombreux, ont toujours admiré la finesse d'exécution de ces tracés, de même que leur haute portée scientifique. Il faut citer parmi les collections, une des bobines de laine des Gobelins, une autre des photographies en série prises par M. Demeny à propos des mouvements de prestidigitation, et, enfin, une collection de portraits des principaux psychologues français et étrangers.

L'honneur de l'installation du Laboratoire revient au premier directeur M. Beaunis. Des motifs de santé l'ont obligé à donner sa démission; l'ex-directeur-adjoint, M. Alfred Binet, a été nommé à sa place en 1894.

La vie de ce Laboratoire de même que le renom qu'il s'est si vite acquis à l'étranger, sont étroitement liés à la présence du directeur actuel, M. A. Binet. Le rôle important qu'il a dans le mouvement psychologique français et même dans le mouvement psychologique contemporain, attire vers le laboratoire l'attention de l'étranger.


Partie : 1 - 2 - 3

A lire également :