S'inscrire












Se connecter











Mot de passe oublié?
Accueil > Histoire > Les textes classiques publiés dans: Annales de l'Institut international de sociologie > Premiers résultats d'une enquête sur les déviations physiques et mentales des enfants dans les écoles publiques

Partie : 1 - 2

Premiers résultats d'une enquête sur les déviations physiques et mentales des enfants dans les écoles publiques - Partie 2

(Annales de l'Institut international de sociologie

En , par


La physiologie moderne montre que l'action mentale s'exprime par le mouvement et que le mouvement corporel correspond à une action du cerveau. Cela montre l'importance des signes nerveux anormaux. Les enfants qui les présentent sont appelés « nerveux ». Ils peuvent être aussi intelligents que la moyenne. Si on les mêle à des élèves ordinaires, ils leur communiquent leur rapidité d'allures. Il a été remarqué que la spontanéité est le fondement de l'intelligence. Cependant les efforts du maître d'école tendent souvent à la détruire au lieu de la régulariser. Un enfant peut être dissipé parce qu'il est fatigué. Il peut montrer des signes de lassitude, soit à cause de son genre de vie fatigant, soit à cause de l'heure tardive ou du besoin de sommeil, soit à cause des conditions de l'école et du travail, de la constitution mauvaise ou de l'excès de population scolaire, et souvent des enfants simplement faibles ou affaiblis sont rangés parmi les stupides par les maîtres. Mais ils peuvent ne pas être anormaux et ne doivent pas être traités comme tels ou découragés. Chez eux, l'activité cérébrale peut fort bien se développer plus tard.

Voici le détail des résultats obtenus en ce qui concerne 50000 enfants examinés de 1892 à 1894 (Garçons: 26287 Filles: 23713).

Total des enfants signalés par les maîtres comme stupides: G: 2074 ; F:1634

Total des enfants signalés comme pâles, maigres et délicats: G: 749 ; F: 770

Total des enfants donnant des signes nerveux: G: 2853 ; F: 2015

Total des enfants présentant des défectuosités dans le développement du corps: G:2308 ; F:1618

Enfants de faible constitution, délicats et stupides: G: 80 ; F: 79

Enfants estropiés, manchots, paralysés, ceux d'un développement intellectuel défectueux, élèves ayant eu des attaques pendant la fréquentation de l'école: G: 157 ; F: 147

Enfants avec vue défectueuse employant des verres: G: 774 ; F: 715

Enfants avec crâne défectueux: G: 706 ; F: 622

Enfants avec palais défectueux: G: 496 ; F: 324

Enfants avec oreilles défectueuses: G: 664 ; F: 110

Tableau des enfants présentant des défectuosités, groupés par âge et par sexe.

Plus de garçons que de filles sont mal développés, mais les filles sont plus portées à la faiblesse cérébrale. Si la moyenne des filles peut travailler énergiquement avec avantage, il en est un certain nombre qui nécessitent des soins spéciaux.

En négligeant les enfants intellectuellement mal doués à tous les degrés, on engendrerait un mal social très grave. Les enfants aux divers degrés de faiblesse, disons le mot, de stupidité, sont reçus avec répugnance dans beaucoup d'écoles, placés dans une classe faible. Ils sont un encombrement si des mesures ne sont pas prises et, négligés, ils arrivent fatalement à la banqueroute sociale, au paupérisme, au crime.

D'un autre côté, l'éducation soigneuse des enfants offrant des irrégularités dans l'action du système nerveux peut beaucoup pour prévenir le développement d'une nervosité permanente, ou la chute dans la stupidité. Il est démontré que dans de mauvaises conditions d'éducation, la proportion des signes nerveux et des cas de stupidité augmente rapidement. Beaucoup d'enfants imitent inconsciemment les habitudes d'inattention, de manque de soin, et même d'apparence de fatigue et d'hystérie, qu'ils voient chez un camarade ou chez les professeurs.

Sur ces bases, il est à désirer que les professeurs accordent une plus grande attention aux conditions physiques et morales de leurs élèves, afin que le plan d'éducation puisse être adapté aux besoins spéciaux des divers groupes de conditions anormales.

Dans ce but, il est essentiel que les professeurs soient spécialement exercés à soigner les enfants intellectuellement mal doués.



Partie : 1 - 2

A lire également :



Utilisation des cookies

carnets2psycho et ses partenaires souhaitent utiliser des cookies pour pésenter des publicités, y compris des publicités basées sur les centres d'intérêts, pour évaluer leurs performances et mesurer l'audience.

Vous pourrez à tout moment modifier votre choix en cliquant sur Gestion des cookies en bas de chaque page.