Accueil > Chroniques > Faits d'actualité en psychologie > La semaine d'école à quatre jours ou à cinq jours?

Juin 2012 (Mise à jour: Mai 2014)

Auteur :


La semaine d'école à quatre jours ou à cinq jours?


Comment capter et maintenir l'attention des élèves? Comment adapter au mieux les rythmes scolaires aux rythmes biologiques de l'enfant? Pour répondre à ces questions, les chronopsychologues ont mené de nombreuses études dont les résultats sans sans appel et même parfois alertant.

Plus précisément, deux points majeurs ressortent de leurs travaux:

Ce graphique montre que le nombre d'heures d'enseignement par an n'a cesser de diminuer en un siècle (de 1910 à 2010).D'une part, l'augmentation de la part des vacances, combinées à des semaines d'école réduites à quatre jours font qu'aujourd'hui, les écoliers français ont les journées d'école les plus longues du monde. Sur une année, cela représente 864 heures de cours pour seulement 144 jours d'école!

D'autre part, en un siècle, le nombre d'heures de classe par an est passé de 1310 à 864 heures. Soit une réduction de 450 heures de cours, pour un programme équivalent!

Les conséquences de cette situation portent principalement sur les capacités attentionnelles des enfants qui se retrouvent complètement dépassées.


La semaine de cinq jours est-elle une bonne solution?

Pour que les journées d'école ne soient plus aussi surchargées, adopter une semaine de cinq jours de classes semble effectivement être une bonne solution dans la mesure où cela permettrait d'alléger le nombre d'heures enseignées par jour. D'autant que, au regard des capacités attentionnelles limitées des enfants, cela permettrait de captiver plus facilement l'attention des enfants durant les cours.

Reste à savoir comment répartir au mieux ces cinq journées d'écoles dans la semaine. Car il s'avère que la durée du week-end influence les performances des élèves au cours de la journée du lundi, notamment les performances mnésiques. En effet, un week-end de deux jours perturbe davantage les processus de mémorisation qu'un week-end d'une journée et demie.
Sans compter que deux jours d'interruption perturbent également les rythmes de la semaine car le coucher et le lever sont généralement plus tardifs. Plus les périodes d'interruption sont longues et plus il est difficile de revenir au fonctionnement habituel en début de semaine.
Ainsi, il serait peut-être plus judicieux de réinstaurer l'école le samedi matin.


Faudrait-il également écourter les vacances d'été?

Au regard du nombre d'heures de classe par an réduit à 864 (contre 1310 en 1910 pour un programme équivalent) et aux conséquences néfastes d'une longue pause sur les rythmes de l'enfant qui prend alors d'autres habitudes de coucher, de lever et d'activités, il serait peut-être préférable de répartir de façon plus adaptée les vacances scolaires.
Cela consisterait notamment à raccourcir cette très (trop?) longue pause d'été. Sur ce point, le Comité de pilotage sur les rythmes scolaires étudie actuellement ce problème.


Inspiré des travaux de Christophe Boujon et de Claire Leconte.



A lire également :