Accueil > Chroniques > Faits d'actualité en psychologie > La psychologie à nouveau enseignée au lycée ?

(Mise à jour: Décembre 2015)

Auteur :


La psychologie à nouveau enseignée au lycée ?


Ce diagramme montre que la psychanalyse ne représente que 1,7% des publications dans tous les secteurs de psychologie (psychologie cognitive, neurosciences, psychopathologie, psychologie sociale...).En France, contrairement au reste du monde, la psychologie est très souvent réduite à la psychanalyse et à Freud. Pourtant, cette discipline a fait son bonhomme de chemin depuis la psychanalyse...
Aujourd'hui, elle s'étend sur de nombreux domaines et la psychanalyse n'occupe plus qu'une place infime.

Voici une liste non exhaustive des différents secteurs de la psychologie:

  • La neuropsychologie
  • La psychologie de l'éducation
  • La psychologie juridique
  • La psychologie sociale qui intègre la psychologie du travail, les relations de groupe et multiculturelles...
  • La psychologie cognitive et expérimentale qui porte sur la mémoire, l'intelligence, le langage, l'émotion...
  • La psychologie des arts
  • La psychopathologie qui regroupe les troubles psychologiques (psychopathie, trouble bipolaire, schizophrénie...), la psychologie de la santé et de la prévention (addiction, criminalité...), mais aussi les déficits physiques (traumatismes crâniens, perte de la vue...).

En somme, il existe autant de secteurs de la psychologie que d'activités humaines.


Mais alors, pourquoi en France, la psychologie se résume-t-elle à la psychanalyse?

Cette erreur d’appréciation vis à vis de la psychologie est effectivement une spécificité française. En effet, dans les autres pays du monde, la psychanalyse et son père fondateur (Freud) n'ont pas grande influence. Cette croyance erronée, bien française, semble s'expliquer par la place de plus en plus réduite qu'occupe la psychologie dans le programme de terminal au lycée.

En effet, dans les années 1940, les thèmes liés à la psychologie dans les cours de philosophie portaient sur la mémoire, l'intelligence, la perception, la personnalité, avec pour auteurs référents Bergson ou encore Binet.
Puis dans les années 1960, même si les principaux thèmes de la psychologie étaient encore enseignés, il ne représentaient déjà plus que le quart du programme de philosophie.
Aujourd'hui, les cours relatifs à la psychologie ne portent plus que sur le conscient et l'inconscient avec pour seul auteur référent: Freud. Alors que dans le même temps, ce psychanalyste est de plus en plus banalisé dans les enseignements des autres pays et notamment des Etats-Unis, au profit de la psychologie cognitive, sociale et même des sciences récentes telles que les neurosciences ou la cybernétique.


Quelles solutions adopter pour pallier cette ignorance typiquement française?

Pour que la psychologie ne ne se résume plus à une vague notion rapidement abordée au lycée, une solution consisterait à réformer le programme de philosophie enseigné en terminale. C'est en tout cas ce que propose Alain Lieury, professeur de psychologie.
Plus précisément, il s'agirait de regrouper l'enseignement de la philosophie et de la psychologie contemporaine dans un programme de sciences humaines. Ainsi, en plus de la philosophie, les lycéens auraient enfin un aperçu global de la psychologie et de ses rapports avec les neurosciences et les sciences de l'ingénieur.

Ce projet est actuellement étudié par la Société Française de Psychologie (SFP), dont l'objectif est de proposer un CAPES et une agrégation de sciences humaines, intégrant à la fois des enseignements de sociologie, de philosophie et de psychologie.


Inspiré des travaux d'Alain Lieury.



A lire également :