S'inscrire












Se connecter











Mot de passe oublié?
Accueil > Blog & Vidéos > Troubles psychologiques > Le trouble neurologique fonctionnel : un mal mystérieux


Auteur :


Le trouble neurologique fonctionnel : un mal mystérieux


Le trouble neurologique fonctionnel est une maladie mystérieuse qui se caractérise par l'apparition de symptômes neurologiques sans cause apparente.Environ un tiers des patients admis en service de neurologie présentent des symptômes inexpliqués. Le plus souvent, il s'agit de paralysie, de tremblements, de douleur, de cécité, de crises d'épilepsie et de coma. Ces affections sans explication, autrefois appelées hystérie, trouble de conversion ou maladie psychosomatique, portent désormais le nom de trouble neurologique fonctionnel (TNF).

Aussi, la plupart des professionnels de la santé ont longtemps pensé que les symptômes n'étaient pas réels car ils ne parvenaient pas à identifier la véritable cause de la maladie. De fait, les patients étaient souvent perçus comme des simulateurs.
Or, des chercheurs commencent à mettre en évidence les causes de cette maladie, notamment au niveau du cerveau.


Le cerveau des patients souffrant d'un trouble neurologique fonctionnel serait donc dysfonctionnel ?

De plus en plus de scientifiques pensent que le trouble neurologique fonctionnel s'expliquerait par une anomalie du codage prédictif. Il s'agit d'une théorie du fonctionnement cérébral selon laquelle le cerveau produit et met à jour en permanence un modèle mental de l'environnement, en émettant constamment des prédictions et en évaluant leur exactitude.
Aussi, en cas d'inadéquation entre les prédictions et la réalité, le cerveau met à jour ses modèles existants ou envoie des commandes au corps pour qu'il agisse de façon conforme à nos attentes. Or, dans le cas d'un trouble neurologique fonctionnel, ce mécanisme de prédiction est déréglé.

Par exemple, une personne qui se casse la jambe subit une perte temporaire de mobilité. Les prédictions de son cerveau concernant la capacité de mouvement de la jambe blessée seront alors mises à jour une fois la blessure guérie, afin de retrouver la mobilité. Or, chez certains patients, le modèle interne de la jambe immobile persiste même après la guérison. Il en résulte une paralysie fonctionnelle.
Ce phénomène est également observé chez les personnes souffrant d'un syndrome du membre fantôme. En effet, leur cerveau ne parvient pas à corriger l'erreur de prédiction qui se produit lorsqu'une sensation attendue dans le membre manquant n'est pas confirmé par un retour sensoriel.


Quelle est la cause de ce dysfonctionnement cérébral ?

Cette défaillance du codage prédictif serait principalement causée par l'attention excessive portée à son propre corps. Aussi, divers facteurs, aussi bien psychologiques que physiques, contribuent à cette tendance. Cela peut être une maladie physique, des troubles de l'humeur et de l'anxiété, des traumatismes passés, etc. Ainsi, lorsqu'une personne est confrontée à un événement déclencheur (une blessure, un fort stress, une crise de panique...), cette attention accrue peut conduire leur cerveau à développer des prédictions erronées sur le corps.

D'ailleurs, des chercheurs sont en train d'identifier les aires cérébrales responsables de ces erreurs de prédiction. Diverses régions semblent impliquées, notamment :

  • La jonction temporopariétale : L'activité de cette région, qui est associée au sentiment d'autonomie, est différente chez les patients atteints d'un trouble neurologique fonctionnel.
  • Le réseau de saillance : Il est responsable de la détection et de la focalisation sur les informations dignes d'attention.
  • Le réseau limbique : Il est impliqué dans le contrôle des émotions.
  • Le cortex moteur : Il est impliqué dans le contrôle moteur. La connectivité entre cette région et les réseaux limbique et de saillance est beaucoup plus importante chez ces patients.

Finalement, le mystère du trouble neurologique fonctionnel réside sans doute dans le fait que cette maladie se situe à la frontière de la neurologie et de la psychiatrie. Pour résoudre cette pathologie énigmatique, il est donc nécessaire d'investiguer ces deux domaines à la fois.


Inspiré des travaux de Diana Kwon, de Jon Stone, d'Alan Carson, de Mark Hallett et de Mark Edwards.



A lire également :




Utilisation des cookies

carnets2psycho et ses partenaires souhaitent utiliser des cookies pour pésenter des publicités, y compris des publicités basées sur les centres d'intérêts, pour évaluer leurs performances et mesurer l'audience.

Vous pourrez à tout moment modifier votre choix en cliquant sur Gestion des cookies en bas de chaque page.