S'inscrire












Se connecter











Mot de passe oublié?
Accueil > Blog & Vidéos > Sujets originaux de la psycho > Extraverti à tout prix !


Auteur :


Extraverti à tout prix !


Interagir, se socialiser, aller vers les autres... Voilà des sollicitations bien prégnantes dans nos sociétés occidentales, et ce dès le plus jeune âge. En effet, dès leur entrée à l'école, les enfants sont encouragés à travailler en groupe, à coopérer, à se faire des amis... Et ceux qui ne recherchent pas forcément le contact avec autrui et qui préfèrent les activités solitaires aux détriment des interactions de groupe ont tendance à susciter l'inquiétude des parents.

Et cette incitation à l'extraversion se poursuit à l'âge adulte avec, pour ceux qui sont encore trop repliés sur eux-mêmes, de nombreuses offres de coaching pour les aider à briser la glace et à aller davantage vers les autres.


Cette incitation à l'extraversion a-t-elle un sens ?

L'extraversion est l'un des cinq principaux traits de personnalité reconnus scientifiquement. Plus précisément, ces traits sont mesurés par le test Big 5 qui est la référence des tests de personnalité, et qui permet de positionner les gens sur 5 principales dimensions :

  • l'extraversion
  • la stabilité émotionnelle
  • l'agréabilité
  • l'ouverture à l'expérience
  • le caractère consciencieux

Ainsi, selon ce concept, nous sommes plus ou moins extravertis, plus ou moins ouverts à l'expérience, plus ou moins stables émotionnellement, etc. L'utilisation d'une gradation permet donc de qualifier notre personnalité de façon relative et d'éviter ainsi de nous enfermer dans des cases. On peut toutefois reprocher à ce test un manque de neutralité. Car il faut bien admettre que ces polarités sont connotés. En effet, il est préférable d'être tourné vers les autres, émotionnellement stable et consciencieux, que d'être replié sur soi, susceptible de s'énerver ou de s'angoisser facilement et irréfléchi. L'introversion se caractérise par un besoin de se ressourcer en s'isolant, tandis que la timidité se caractérise par un malaise dans les interactions sociales, enfin l'anxiété sociale est un trouble mental qui se caractérise par une crainte du jugement d'autrui.

Par ailleurs, étant donné que la personnalité est relativement stable tout au long de la vie, tenter de la modifier en essayant, par exemple, de devenir extraverti lorsqu'on est introverti, risque d'être voué à l'échec, même si les traits de caractère peuvent tout de même évoluer légèrement au fil du temps.

Et puis aimer le calme, se centrer sur l'essentiel, apprécier la compagnie de quelques amis de temps à autre... n'a rien de condamnable, au contraire ! D'autant que l'introversion se distingue complètement de la timidité et de l'anxiété sociale qui sont souvent mal vécues par ceux qui en souffrent, en raison du malaise et de la crainte du jugement des autres qu'elles suscitent.


En quoi les introvertis sont-ils fondamentalement différents des extravertis ?

Alors que les extravertis cherchent la compagnie et l'agitation du monde pour se stimuler, les introvertis, eux, sont au mieux de leurs capacités dans un environnement calme. Ainsi, l'introversion se mesure à la manière dont on réagit aux stimuli de l'environnement, notamment aux stimuli sociaux.

D'ailleurs, l'activité cérébrale des introvertis est différente de celle des extravertis. En effet, en présence de nombreuses personnes, le cerveau des introvertis s'active davantage que celui des extravertis, notamment au niveau des régions impliquées dans l'analyse des expressions faciales. Ainsi, dans ce type de situation, le cerveau des introvertis est rapidement submergé. De plus, leur circuit cérébral de la récompense est davantage activé par des stimuli internes comme les pensées ou les images mentales, tandis que chez les extravertis, ce sont surtout les stimulations de l'environnement qui activent ce circuit.
Ainsi, les introvertis et les extravertis se distingueraient principalement par un fonctionnement cérébral différent.


Inspiré des travaux de Yves-Alexandre Thalmann, de Susan Cain, de Richard Depue et de Yu Fu.



A lire également :




En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
En savoir plus