S'inscrire












Se connecter











Mot de passe oublié?
Accueil > Blog & Vidéos > Sujets originaux de la psycho > Le rôle des figures d'attachement dans la construction de la personnalité


Auteur :


Le rôle des figures d'attachement dans la construction de la personnalité


Les figures d'attachement au cours de l'enfance jouent un rôle essentiel dans les relations aux autres à l'âge adulte.Le visage arrondi, les grands yeux pétillants et la petite bouche d'un nourrisson sont des caractéristiques particulièrement attirantes et attendrissantes qui ne laissent pas les adultes indifférents. Ces derniers adoptent alors naturellement des comportements de soins qui permettent aux tout-petits de se développer en toute sécurité.
Aussi, en réaction à ces soins continus, durant ses premières années de vie, l'enfant va considérer ses figures d'attachement (généralement ses parents) comme les fondements de sa sécurité.

Ainsi, alors que les parents se montrent sensibles, disponibles, coopératifs et attentifs aux besoins de leur petit, celui-ci développe des comportements d'exploration nécessaires à sa construction psychique. Et en cas de besoin, le jeune enfant sait qu'il peut solliciter l'aide protectrice de ses parents.
Cependant, ce mode d'attachement peut parfois présenter quelques dysfonctionnements, et cela se répercute forcément sur le développement psychique de l'enfant.


Que se passe-t-il lorsque le processus d'attachement est défaillant ?

Lorsque les figures d'attachement n'offrent plus à leur enfant des soins continus et appropriés (par exemple, en cas de décès, de dépression, d'absence ou tout autre événement de la vie), le processus d'attachement risque d'être perturbé, surtout si l'événement traumatique a des conséquences durables sur la dynamique familiale.
Plus précisément, on peut identifier quatre principaux styles d'attachement qui vont forger les relations à autrui à l'âge adulte :

  • Le style sécure : L'individu est très autonome, explorateur et ouvert aux expériences. Il sait solliciter autrui en cas de besoin, notamment ses figures d'attachement.
  • Le style insécure détaché ou évitant : La personne est très indépendante et détachée émotionnellement des autres. En outre, elle a des difficultés à demander de l'aide.
  • Le style insécure préoccupé ou anxieux : L'individu a une faible estime de soi et est souvent dépendant d'autrui. Il craint également d'être abandonné.
  • Le style insécure craintif : La personne a une image négative d'elle-même et des autres. De fait, elle a souvent des comportements contradictoires et destructeurs.

Ainsi, les modes d'attachement de notre enfance ont tendance à régir notre vie adulte. Or, ce fonctionnement psychique, lorsqu'il est de type "insécure", risque fort d'entraver la vie professionnelle, sociale, sentimentale...


Les conséquences des styles d'attachement sont-elles irréversibles ?

Les schémas cognitifs qui découlent des styles d'attachement sont plutôt rigides et donc difficilement modifiables. Néanmoins, une psychothérapie peut aider les patients qui en souffrent à repenser les événements infantiles complexes avec leur regard d'adultes. De cette façon, ils vont progressivement s'émanciper de leurs schémas cognitifs contraignants et exprimer plus librement leurs émotions.


Inspiré des travaux de Jean-Victor Blanc, de John Bowlby, d'Eugenia Mandal et de Nicole Guedeney.



A lire également :




En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
En savoir plus